Des patrons s’engagent contre l’homophobie

Cinq dirigeants d’entreprises soutiennent, dans un clip vidéo, le Fonds de dotation contre l’homophobie et la transphobie officiellement lancé le 18 décembre 2014 par Nicolas Noguier, président du Refuge et Véronique Lesage, présidente du FDCHT.

Des dirigeants ou directeurs de la communication de grandes entreprises ont fait le choix de s’engager auprès du Fonds de dotation contre l’homophobie et la transphobie (FDCHT) lancé cette année par des administrateurs du Refuge. Lamine Gharbi, président de la Fédération de l’Hospitalisation Privée, Abdel Aïssou, directeur général du groupe Randstad France, Frédéric Fougerat, directeur de la communication du groupe Altran et Patrick Brothier, président d’Adrea Mutuelle ont officiellement affiché leur engagement lors d’un petit-déjeuner organisé au siège social de la FHP à Paris le 18 décembre 2014. Véronique Lesage, présidente du FDCHT, a également remercié Agathe Albertini, directeur de la communication de JCDecaux, pour sa participation au clip vidéo de promotion du Fonds. Elle a annoncé le soutien du groupe aufeminin et de Jean-Jacques Augier, éditeur, chef d’entreprises et directeur de publication de Têtu.

Un engagement et un rôle social essentiels
Ensemble, cinq de ces responsables font la promotion du Fonds de dotation contre l’homophobie et la transphobie dans un clip réalisé par Pascal Petit (Zipcom). Pour eux, l’engagement est essentiel. Dans ce clip, ils s’adressent à d’autres entreprises pour les convaincre d’alimenter ce Fonds, leur rappelant ainsi qu’elles font partie du maillage complexe de la société et qu’elles ne peuvent s’en extraire : « La mission de l’entreprise, raconte Frédéric Fougerat, c’est le business. Ça ne lui interdit pas d’avoir un rôle social. Certaines entreprises veulent jouer un rôle social plus important que d’autres. » Une vision partagée par Patrick Brothier : « Nous, mutuelles, avons des valeurs d’humanisme, de tolérance et il me parait naturel d’être aux côtés d’associations comme le Refuge. » Pour Lamine Gharbi, c’est évident : « C’est un débat de santé publique, il y a maltraitance. Des adolescents sont victimes et souffrent. »

L’argent et les convictions pour diminuer la souffrance
Qui, mieux qu’une entreprise, peut participer à cet effort en faveur des jeunes victimes de maltraitance ? « L’argent, c’est le nerf de la guerre, explique Frédéric Fougerat. On a envie d’aider ces jeunes. Ils ne l’ont pas été par leurs familles, il faut bien que d’autres le fassent ! » Abdel Aïssou est du même avis mais précise que l’argent ne suffit pas :  » Il faut de l’argent bien sûr. Mais, tout aussi important, il faut des convictions. » Et il ajoute : « Donner au Fonds va permettre d’accueillir davantage de jeunes, de faire diminuer la souffrance et de recréer du lien social. » Agathe Albertini souligne elle aussi la valeur de l’engagement, de la conviction de l’entreprise : « Donner au Fonds, c’est faire preuve de tolérance, et c’est l’afficher ». Lamine Gharbi s’adresse, lui, à ses collègues chefs d’entreprises sensibles à la cause du Refuge, donateurs potentiels : « Il faut les aider parce que ce n’est pas facile. On manque tous de moyens. Surtout, on a tous tendance à dire : ce n’est pas moi, c’est l’autre ! »

Aider les projets du Refuge et d’autres associations
Le Fonds de dotation contre l’homophobie et la transphobie permettra de valoriser le mécénat d’entreprises. « D’autres associations ont déjà créé un tel dispositif, explique Nicolas Noguier, président du Refuge. Je citerais pour exemple la Banque Alimentaire ou AIDES… Le FDCHT a pour vocation d’accompagner des projets d’aide aux jeunes victimes d’homophobie, qu’ils émanent du Refuge ou de toute association susceptible de signer une convention avec lui. »

Une campagne télévisée et Internet
Pascal Petit (Zipcom) a réalisé un clip en deux formats pour assurer la promotion du Fonds : un court (30″) pour la télévision et un long (4′) pour Internet. La diffusion gracieuse du spot de 30’’ a débuté le 18 décembre à midi sur toutes les antennes TV du groupe BFM : BFM TV, BFM Business, RMC Découvertes, mais aussi sur les radios RMC et BFM radio. Le planning de diffusion prévoit une multidiffusion entre le 18 et le 31 décembre 2014 (80 passages en télévision et 50 passages en radio).

 

à propos du RefugeLe Refuge est la seule association de lutte contre l’homophobie reconnue d’utilité publique et l’unique structure en France, conventionnée par l’Etat, à proposer un hébergement temporaire et un accompagnement social, médical et  psychologique aux jeunes majeurs, filles et garçons, victimes d’homophobie ou de transphobie. L’association compte 7 délégations – Montpellier, Paris, Lille, Lyon, Marseille, Toulouse, St Denis de la Réunion – et 5 antennes : Bordeaux, Perpignan, Avignon, Corse, Strasbourg. Elle dispose de 57 places d’hébergement. Elle enregistre près de 3000 adhérents fin novembre 2014. En 2013, plus de 1000 jeunes entre 18 et 25 ans on été chassés de chez eux, rejetés par leurs parents.

Qu’est-ce qu’un Fonds de dotation ?Le fonds de dotation, doté de la personnalité juridique, est constitué d’une allocation irrévocable de biens pour la réalisation d’une mission ou d’une œuvre d’intérêt général. Il collecte des fonds d’origine privé, qu’il peut soit constituer en dotation dont il utilise  les fruits, soit consommer pour accomplir sa mission. Il peut mener lui-même cette mission, ou financer un autre organisme d’intérêt général  pour son accomplissement. Le fonds de dotation bénéficie du régime fiscal du mécénat.
Source : http://www.economie.gouv.fr/daj/fonds-dotation

Présidente FDCHT : Véronique Lesage.

Contact presse FDCHT : Karine Baudoin – 04 67 40 36 77 – 06 30 08 42 14.