Les Finales de jeunes chevaux à Uzès pèsent 500.000 € en région

Les Finales nationales de jeunes chevaux d’endurance ont lieu chaque année lors de la Grande Semaine d’Uzès. L’édition 2015 se déroulera du 8 au 11 octobre, dans le cadre exceptionnel des 150 ans de la Société hippique française. En 2013, on a évalué l’impact économique de la manifestation sur le Languedoc-Roussillon à 485.200 euros. Somme à laquelle s’ajoute le fruit des ventes record de chevaux.

La Société hippique française organise la 22e édition de la Grande Semaine d’Uzès du 8 au 11 octobre 2015, avec le soutien de la Société hippique d’Uzès et de l’Institut Français du Cheval et de l’Équitation. Les organisateurs restent sur une participation et des ventes record en 2013 : 696 pur-sang en lice, 2300 professionnels inscrits, une centaine de ventes réalisées. Les Finales 2014, très prometteuses, avaient du être annulées dès le premier jour de la compétition, des pluies diluviennes s’abattant sur le Gard. Les organisateurs de la Grande Semaine d’Uzès ont travaillé main dans la main depuis avec les collectivités locales et avec la Communauté de communes de l’Uzège pour veiller à la remise en état des pistes. Le Haras national d’Uzès a fait lui aussi l’objet de travaux ces derniers mois.

Des Finales payantes pour l’Uzège et la région
Au-delà de sa dimension sportive, la Grande Semaine d’Uzès est un événement à fort impact économique local et régional que l’on peut évaluer à 300.000 € pour la Communauté de communes du Pays d’Uzès, et à 485.200 euros pour le Languedoc-Roussillon. C’est l’une des conclusions de la 1re étude du genre sur l’impact économique d’une manifestation équestre en France menée en octobre 2013 par L’Institut Français du Cheval et de l’Equitation (IFCE), l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), l’Université et le Centre de Droit et d’Économie du Sport (CDES) de Limoges et l’Institut national de Recherche en Sciences et Technologies pour l’Environnement et l’Agriculture (IRSTEA) de Clermont-Ferrand. Ces chiffres ne tiennent pas compte des retombées financières pour la cinquantaine d’éleveurs de la région qui vendent des chevaux pendant les Finales ou grâce à « l’effet Finales », de 15.000 à 50.000 € l’animal en 2013 selon l’âge, l’origine, le modèle et les performances.

Les pur-sang arabes français se négocient à Uzès
En clôture des courses du circuit des jeunes chevaux en France, la Grande Semaine d’Uzès contribue à soutenir le marché national des chevaux de sport. Vitrine internationale de l’élevage de jeunes pur-sang français, elle attire des acheteurs et des courtiers originaires d’Europe (Allemagne, Belgique, Suisse, Espagne, Portugal), du Qatar et des Émirats Arabes Unis, mais aussi d’Argentine et de Malaisie. Aux Championnats d’Europe d’endurance 2015 à Samorin, neuf équipes nationales sur 12 comptaient au moins un cheval français dans leurs rangs. L’équipe de France a remporté la médaille d’argent, tandis que l’Espagne obtenait l’or avec deux chevaux français (sur trois).

Les courtiers assistent aux présentations et contrôles, Uzès 2013 • © Karine Renard IFCE

Télécharger :
• ce communiqué en PDF
• votre accréditation presse.

Contacts presse : Karine BAUDOIN – 06 30 08 42 14 • Benoît DURASNEL – 06 61 92 22 85.