Serge Brussolo signe chez H&O


Les éditions H&O publieront en février 2020 le nouveau thriller de Serge Brussolo, Cendres vives. Ce «  raconteur d’histoires » confie pour la première fois un texte à un éditeur étranger au sérail des grandes maisons parisiennes et qui a su entretenir «  le feu sacré ». Rencontre avec un «  enchanteur lucide » quatre mois avant la sortie de son nouveau numéro de prestidigitation…
Pourquoi avoir choisi H&O pour la publication de votre nouveau thriller ?
Disons que l’enthousiasme de l’éditeur tombait comme un rayon de soleil dans le climat morose de l’édition française  ! Je rencontre assez souvent les éditeurs, et certains d’entre eux me donnent, hélas  !, l’impression d’avoir laissé s’éteindre le feu sacré qui leur avait fait choisir cette profession. Ce qui aurait tendance à me démotiver. Les gens de H&O, eux, m’ont fait l’effet d’un remède de cheval. Leur vitalité m’a rassuré et redonné espoir. Je me suis surpris à penser : « Ah ! Les zombies n’ont pas encore gagné. Il y a encore quelqu’un qui s’avance gaillardement au milieu des ruines et des cendres. Pourquoi ne pas lui emboîter le pas  ? »
L’important pour moi c’est la liberté d’écriture. Je ne supporte pas qu’on essaie de m’imposer des choses sous couvert de « suggestions » et qu’on tente mine de rien de prendre le contrôle de mon manuscrit, voire de le rewriter. J’ai claqué plusieurs portes pour cette raison. Je ne fais pas partie des auteurs dociles, c’est pourquoi j’ai la réputation « d’avoir un problème avec l’autorité  ». Il m’a semblé que chez H&O je serais enfin protégé de ces menaces, et que s’établirait un climat de confiance. Et surtout, je le répète, ces gens m’ont paru très motivés par leur travail, ce qui n’est pas si fréquent de nos jours où la routine commerciale et le découragement finissent par avoir raison des meilleurs. Lors des déjeuners professionnels on m’assomme de chiffres… mais on me parle de moins en moins de livres. Dommage. Ce n’était pas le cas lorsque j’ai débuté dans le métier, et je le regrette  ; mais bon, comme on l’aura compris : je suis un vieux con.
Comment vous situez-vous, vous, auteur de best-sellers, dans le paysage éditorial actuel français ?
Il m’est arrivé d’écrire des best-sellers, c’est vrai, mais presque par accident. Ce n’est pas dans ma nature. Certains éditeurs l’ont du reste déploré, et m’ont ardemment prié de corriger ce travers. Mais je suis trop marginal, trop déviant pour supporter de ne pas sortir des sentiers battus de la mode. Je n’ai aucun respect pour les recettes miraculeuses, le train-train, les vieux pots dans lesquels on mitonne la bonne soupe. Ce parti pris en déconcerte certains qui me reprochent de chercher à tort l’originalité. J’écris par passion, avec l’espoir de faire partager ce plaisir aux lecteurs.
Je suis avant tout un raconteur d’histoires. Je sais qu’aujourd’hui cela paraît ringard car la littérature doit — d’après ce qu’on me répète — exprimer avant tout des états d’âme (de préférence déprimants) ou émettre de hautes pensées qui permettront de sauver le Monde. Je me rappelle d’un critique littéraire qui m’avait dit  : «  Il ne faut pas raconter d’histoires, c’est bon pour les enfants, ça n’intéresse pas les adultes. » Je suis persuadé qu’il se trompait. Depuis la nuit des temps, les bonnes histoires passionnent les foules.
Par ailleurs, on constate en France un profond mépris pour l’imagination qui est considérée comme suspecte, et une grande méfiance envers les auteurs qui sont capables d’inventer. Mépris qui n’est pas exempt de jalousie larvée.
Que pouvez-vous nous dévoiler de l’intrigue de Cendres vives  ? Quelle place ce roman tient-il dans votre œuvre ?
C’est le monologue d’un jeune homme étrange, prisonnier volontaire d’une clinique désaffectée, qui nous raconte sa vie depuis son enfance passée sur les bords de l’Amazone, jusqu’à son incarcération dans une école d’enfants espions destinés à devenir des agents dormants. Mais qui est réellement cet «  anti-James Bond  » ? Doit-on le considérer comme un mythomane  ? Un malade mental  ? Ou la victime d’un complot qui le dépasse complètement  ? Est-il naïf ou machiavélique  ? Ce livre est fait de vérités emboîtées comme des poupées russes. Chaque révélation en contient une autre qui contredit la précédente. D’une certaine manière c’est un jeu saupoudré d’humour noir. Une sorte de numéro de prestidigitation destiné à amuser le lecteur.
Vos livres portent un regard assez cruel et ironique sur les travers de l’humanité en général. Diriez-vous que vous êtes un « enchanteur désenchanté »  ?
Frédéric Soulié, l’auteur des Mémoires du Diable a écrit  : «  Que Dieu nous garde donc, non pas d’être coupables, mais d’être dupes.  » Le problème c’est que neuf fois sur dix nous sommes tout à la fois coupables et dupes sans vouloir l’admettre. Je ne suis ni désenchanté ni paranoïaque, je suis réaliste, mais n’a-t-on pas dit que l’humour noir est la politesse du désespoir  ? Je ne suis ni un philosophe ni un donneur de leçons. Pas davantage – selon le terme à la mode – un «  lanceur d’alertes ». Je voyage et je note ce que je vois. Je pense que le monde est plus fou que nous voulons bien l’admettre, que la démence quotidienne couve sous un mince vernis qui ne demande qu’à s’écailler. Un pseudo rationalisme nous tient lieu d’œillères rassurantes. J’entends souvent les gens dire : « C’est invraisemblable, ça ne pourrait jamais arriver. » Cela me rappelle ce que répétait l’un de mes profs en fac : « La vraisemblance c’est le critère des imbéciles. » Je dirais plutôt : « C’est une bouée de sauvetage trompeuse qui peut se dégonfler d’un instant à l’autre. » Le délire est partout, sous-jacent, il nous encercle. L’entropie est en passe de nous engloutir. Donc mes romans ne sont pas si délirants qu’on se plaît à le répéter. Je suis un enchanteur lucide.
Cendres vives
Serge Brussolo

À paraître chez H&O, format de poche, en février 2020.
Télécharger cette interview en PDF.
Contact presse H&O : Karine Baudoin • 06 30 08 42 14.
 

Opération de crowdfunding pour soutenir l’édition des Œuvres complètes d’Yves Navarre

Les amis d’Yves Navarre annoncent la publication chez H&O des Œuvres complètes de cet auteur majeur de la littérature française, Goncourt 1980. L’association lance une opération de crowdfunding pour éditer le Tome 1 à l’automne 2018.

Lire le communiqué de presse sur l’espace Actualités des Amis d’Yves Navarre.
Contact presse :
Karine BAUDOIN
06 30 08 42 14.
 

Liège accueille un colloque international consacré à l’écrivain Yves Navarre, Prix Goncourt 1980.

L’association Les amis d’Yves Navarre organise le 4e colloque international consacré à ce grand écrivain francophone les 4 et 5 mai 2018 à la Bibliothèque Chiroux à Liège, avec le soutien du mouvement Présence et Action Culturelles. Les interventions porteront sur « l’engagement littéraire, politique et social chez Yves Navarre ».
Elles-ils sont universitaires, chercheur.e.s, militant.e.s, lectrices et lecteurs, vivent en France, en Belgique, en Irlande et aux Etats-Unis et ont en commun leur intérêt pour l’œuvre d’Yves Navarre. Les Amis de ce grand auteur français les réunissent à Liège les vendredi 4 et samedi 5 mai à l’Espace rencontres de la Bibliothèque Chiroux pour un colloque intitulé « Tenir en éveil la conscience • Engagement littéraire, politique et social chez Yves Navarre ». Chaque intervenant.e exposera ses travaux ou partagera son témoignage, en mettant en avant l’attention portée par l’écrivain à la société de son temps et à la politique, au sens strict comme au sens général du terme. Le public pourra découvrir une partie de l’œuvre d’Yves Navarre sur place, ainsi que durant toute la semaine à la librairie Livre aux trésors qui mettra en avant, dans ses rayons, une sélection de ses romans.
Yves Navarre, éveilleur de consciences
Né en France en 1940, Yves Navarre a marqué les scènes littéraire et sociale des années 1970-1980. Dans les années 1970, il accompagne le militantisme gay par ses prises de parole médiatiques et s’investit dans la création d’un syndicat d’écrivains. En 1980, il obtient le Prix Goncourt pour Le jardin d’acclimatation, qui narre le destin tragique de Bertrand, fils homosexuel d’une famille bourgeoise. L’année suivante, il devient porte-parole du président François Mitterrand… Son œuvre importante, qui compte une trentaine d’ouvrages publiés, a été trop vite oubliée après sa mort en 1994. Mû par la conviction que l’écriture est acte et que la fonction de la littérature n’est pas de distraire mais d’éveiller les consciences, Yves Navarre a souvent dérangé. Il a aussi très souvent inspiré. Ses romans et ses pièces de théâtre entre autres rendent compte d’un vif intérêt pour les êtres, les questions sociales et l’actualité politique, intérêt que l’on retrouve dans son Journal personnel.
Les Amis d’Yves Navarre
Créée en mars 2016 en France près de Montpellier, l’association Les amis d’Yves Navarre a pour mission de faire connaître et redécouvrir l’œuvre d’Yves Navarre en France comme à l’étranger, en accord avec les ayants droit et responsables moraux de l’œuvre. Elle rassemble à ce jour une soixantaine de membres en France, Belgique, Suisse, Irlande et Italie qui soutiennent ses actions : organisation d’événements (dont un colloque international biennal), travaux d’édition d’inédits et de réédition, recherche. Elle vient de lancer un projet ambitieux : la publication des Œuvres complètes d’Yves Navarre, en partenariat avec les éditions H&O. La sortie du tome 1 est prévue début novembre 2018.
Infos pratiques
Colloque Yves Navarre, 4 et 5 mai 2018, Espaces rencontres, Bibliothèque Chiroux, Liège.
Accès libre et gratuit ; entrées solidaires disponibles pour soutenir Les amis d’Yves Navarre.
Réservation conseillée sur http://bit.ly/ColloqueYvesNavarre2018 (places limitées).
 
Le programme du colloque
En prélude au colloque, une rencontre aura lieu au Palais provincial le 3 mai à 18h en présence de Monsieur le Député provincial – Président Paul-Emile Mottard.
Vendredi 4 mai
• 9h-9h30 : accueil
• 9h30-9h45 : discours d’ouverture
• 9h45-10h45 : « Yves Navarre et le Syndicat des Écrivains de Langue Française », par Karine Baudoin (Montpellier).
• 10h45-11h45 : « La Force tranquille : apport politique d’une approche poétique », par Frédéric Canovas (Tempe, Arizona).
• 12h-14h : pause déjeuner.
• 14h-15h : « Une lecture de Romances sans paroles. Condensation, projection ? Une œuvre, un roman. Un roman, une œuvre », par Claude Guerre (Cap-Breton).
• 15h-16h : « L’écho (dis)semblable. Influence et importance de l’œuvre d’Yves Navarre dans la construction identitaire d’un jeune homosexuel », par Francis Lamberg (Liège).
• 17h30 : visite proposée par la Maison du Tourisme du Pays de Liège : « Visite du centre historique de Liège, et ses accents littéraires ».
Samedi 5 mai
• 9h-9h30 : accueil
• 9h30-10h30 : « Yves Navarre et François Mitterrand », par Philippe Leconte (Paris).
10h30-11h30 : « Circulations de la ‘libération gay’. Yves Navarre et Guy Hocquenghem en Amérique du Nord », par Antoine Idier (Paris).
• 11h45-13h30 : pause déjeuner.
• 13h45-14h45 : « Yves Navarre et l’esthétique queer », par Amandine Maes (Louvain).
• 14h45-15h45 : « Le pouvoir des mots : lieux et enjeux de l’engagement », par Sylvie Lannegrand (Galway, Irlande).
15h45-16h : clôture du colloque.
18h : soirée littéraire proposée par la Maison Arc-en-ciel de Liège, rue Hors-Château 7 : « De Detrez à Navarre, les écrivains de la libération homosexuelle ».
 
Télécharger le dépliant-propramme du colloque en PDF.
Télécharger ce communiqué en PDF.
Contact presse : Karine BAUDOIN • +33 4 67 40 36 77 • +33 6 30 08 42 14.
 

Littérature : création d’un Fonds Yves Navarre à Montpellier

Le 21 septembre 2017, le directeur des médiathèques de Montpellier Méditerranée Métropole Gilles Gudin de Vallerin recevra les archives jusque-là détenues par la famille Perrenoud, ayant droit et légataire de l’écrivain Yves Navarre. L’association Les amis d’Yves Navarre et les éditions H&O sont à l’origine de la création de ce Fonds, le premier d’envergure en France consacré à ce grand auteur du XXe siècle, qui obtint le Prix Goncourt en 1980.
Les amis d’Yves Navarre donnent rendez-vous aux lecteurs de l’écrivain et aux amateurs de littérature en général le jeudi 21 septembre à 11h00 à la médiathèque centrale Émile Zola à Montpellier pour la création officielle du Fonds Yves Navarre. Jean Perrenoud, responsable moral de l’œuvre de ce grand auteur de la littérature française, remettra au directeur des médiathèques de la métropole Gilles Gudin de Vallerin les archives dont ses parents ont hérité en 1994, ainsi que les nombreux textes et lettres qu’ils avaient reçus du vivant d’Yves Navarre et soigneusement conservés. Ces archives comprennent des tapuscrits, épreuves ou bons à tirer de romans, des albums photos, la correspondance d’Yves Navarre avec les Perrenoud et des courriers divers, des revues de presse, des agendas, des planches d’illustrations*… L’association Les amis d’Yves Navarre y a retrouvé le tapuscrit du roman inédit Pour dans peu, publié par H&O en octobre 2016.

Des albums contenant 324 photographies.

Un Fonds Yves Navarre de référence en France
Montpellier détiendra le seul Fonds Yves Navarre d’envergure en France, qui viendra s’ajouter aux Fonds de la Bibliothèque nationale du Québec à Montréal et de la Penn State University aux États-Unis. En France, seule la bibliothèque Méjanes à Aix-en-Provence conserve une correspondance de jeunesse (années soixante) et quelques nouvelles et poèmes de la même époque.
« Avec l’accueil de ce Fonds, comme avec tous ceux que nous avons déjà constitués, nous exerçons véritablement notre mission de lecture publique et de (re)découverte des œuvres, témoigne Gilles Gudin de Vallerin. Depuis une vingtaine d’années, la médiathèque centrale Émile Zola de Montpellier Méditerranée Métropole a souhaité accueillir des archives littéraires du XXe siècle par acquisitions ou par dons, car le patrimoine ne s’arrête pas à 1789 ou à 1914. Afin de ne pas nous limiter aux écrivains ayant vécu en partie dans ce beau pays de Montpellier – Joseph Delteil, Léo Malet, Frédéric Jacques Temple, Max Rouquette, Gaston Baissette – il nous a semblé pertinent d’associer Yves Navarre à ce projet de conservation et de mise en valeur. »
Les premiers contacts avec l’association Les amis d’Yves Navarre ont eu lieu à l’automne 2016 lors de la tenue à la médiathèque centrale d’un colloque international consacré à l’auteur. Cette collaboration a permis de jeter les bases d’une discussion alors même que la famille Perrenoud se préoccupait de l’avenir des archives qu’elle détenait depuis plus de 20 ans.
« Nous avons reçu en Suisse Sylvie Lannegrand, présidente des Amis d’Yves Navarre, et Philippe Leconte, secrétaire général, précise Jean Perrenoud. Nous avons alors décidé d’un commun accord, et grâce à la relation établie avec M. Gudin de Vallerin par Henri Dhellemmes, directeur des éditions H&O, de transférer nos archives à Montpellier, l’œuvre d’Yves Navarre ayant beaucoup plus de liens avec le Sud de la France qu’avec le Jura bernois suisse… Se séparer de ces archives nous semblait aussi plus simple de notre vivant. »
Sylvie Lannegrand souhaite que ce Fonds, « source inestimable pour les chercheurs », s’enrichisse des dons de tous les particuliers qui conservent des archives d’Yves Navarre, car l’auteur entretenait de nombreuses correspondances et offrait régulièrement ses écrits, parfois même des pages de manuscrits.
« Avec la création de ce Fonds, Les amis d’Yves Navarre jouent pleinement leur rôle de promoteurs de l’œuvre fascinante d’un écrivain majeur du XXe siècle ! »

Une importante correspondance d'Yves Navarre avec les Perrenoud

* Que recèle la Donation Yves Navarre à la médiathèque centrale ?
• 59 dossiers (format 24×32 cm) comprenant les tapuscrits (souvent plusieurs versions successives d’un même roman) ou épreuves ou bons à tirer de tous les romans à partir de Hôtel Styx (1989) ainsi que de plusieurs textes (romans, pièces de théâtre, spectacle de chansons) demeurés inédits.
• Cinq albums photos d’assez grand format contenant 324 photos.
• La correspondance d’Yves Navarre avec la famille Perrenoud entre 1988 et 1994, soit 404 lettres ou cartes postales manuscrites d’Yves Navarre. Quinze lettres ou cartes postales des Perrenoud et une cinquantaine de lettres de différentes personnes retrouvées chez Yves Navarre après son décès.
• Les coupures de presse annonçant la mort de l’auteur et des lettres reçues.
• 190 articles de presse et critiques collectés par l’auteur.
• Deux agendas 1993 et 17 mémos téléphoniques avec les coordonnées des correspondants d’Yves Navarre depuis 1980.
• Les planches originales de Barbara Druschky pour Mon oncle est un chat et pour un projet de livre pour enfant inabouti, Valparaiso, avec le texte corrigé par Yves Navarre.
• Une dizaine de brochures ou chemises avec textes de ou sur Yves Navarre.
 
À propos d’Yves Navarre
Yves Navarre est né à Condom, dans le Gers, le 24 septembre 1940. Il est mort à Paris le 24 janvier 1994. Yves Navarre a marqué les scènes littéraire et sociale des années 70-80, évoquant son homosexualité à visage découvert à une époque où celle-ci demeurait tabou. Son œuvre compte une trentaine d’ouvrages publiés, romans et pièces de théâtre, dont beaucoup ont été traduits en plusieurs langues. Parmi eux citons Lady Black, Le petit galopin de nos corps, Kurwenal ou la part des êtres, Portrait de Julien devant la fenêtre, Le temps voulu ou Ce sont amis que vent emporte, tous récemment réédités par H&O. Yves Navarre a reçu le Prix Goncourt en 1980 pour Le jardin d’acclimatation et le Prix Amic de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre en 1992.
À propos des Amis d’Yves Navarre
L’association Les amis d’Yves Navarre s’attache à faire connaître et à promouvoir l’œuvre d’Yves Navarre en France comme à l’étranger. Créée près de Montpellier en mars 2016, elle compte déjà une cinquantaine de membres en France, Suisse, Belgique, Irlande et Italie. Elle organise un colloque international biennal consacré à l’auteur, contribue à la publication de textes rares ou inédits et s’est donné pour objectif ambitieux d’éditer les œuvres complètes de l’auteur. Les amis d’Yves Navarre soutiennent la publication par H&O en octobre prochain du premier recueil de poèmes de l’auteur, Chants de tout et de rien, Chants de rien du tout.
Télécharger ce communiqué en PDF.
Contact presse : Karine Baudoin, 06 30 08 42 14.
 

Montpellier : un colloque littéraire et un roman inédit d’Yves Navarre

Les éditions H&O et l’association Les amis d’Yves Navarre organisent un colloque international consacré à l’écrivain les 6 et 7 octobre 2016 à Montpellier. Cet événement ouvert au grand public mettra en lumière la vie et les écrits de celui qui fut Prix Goncourt 1980 et obtint le Prix de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre en 1992, deux ans avant son suicide. H&O célèbrera la sortie officielle d’un roman inédit d’Yves Navarre, Pour dans peu, dans le cadre du colloque, le 6 octobre.
Le 3e colloque international consacré à l’écrivain Yves Navarre aura lieu à Montpellier les 6 et 7 octobre, à la Médiathèque Émile Zola. Co-organisé par les éditions H&O et l’association Les amis d’Yves Navarre, cet événement littéraire aura pour thème « Écrire contre toute attente », leitmotiv navarrien, et accueillera des universitaires spécialistes de l’œuvre, des professionnels du livre, des artistes, mais aussi des lecteurs et des esprits curieux, dans le but de partager leur passion pour cet auteur majeur de la littérature francophone du XXe siècle.
Interviendront les universitaires Sylvie Lannegrand (National University of Ireland, Galway), Frédéric Canovas (Arizona State University) et Arnaud Maïsetti (Université Aix-Marseille), le psychiatre Serge Hefez, le chercheur Philippe Leconte, l’ergothérapeute Anne de Tienda et le kinésithérapeute Didier Combe, le bibliothécaire Yves Sartiaux, le compositeur Julian Lembke, l’éditeur Henri Dhellemmes.
Ce colloque reçoit le soutien de Languedoc-Roussillon Livre et Lecture, de la DRAC, de la Région Occitanie et de Montpellier Méditerranée Métropole.
• Auditorium Médiathèque centrale Émile Zola, Montpellier : 9h30-12h / 14h15-18h les 6 & 7 octobre.
• Entrée libre et gratuite, inscription recommandée : https://www.weezevent.com/colloque-yves-navarre.
• Informations : colyn3[@]orange.fr.

L’inédit Pour dans peu lancé à l’Hôtel Magnol

Jeudi 6 octobre, à partir de 18h30, les organisateurs du colloque lanceront officiellement le roman inédit Pour dans peu dans un bel hôtel particulier du centre-ville en partie dédié à l’art, l’Hôtel Magnol. Sylvie Lannegrand et Philippe Leconte expliqueront comment ils ont découvert le manuscrit de ce roman qu’Yves Navarre n’adressa à aucun éditeur. Il en boucla l’écriture fin 1991, de retour à Paris après un court exil au Québec, soit un peu plus de deux ans avant son suicide. Henri Dhellemmes témoignera de son travail d’éditeur d’Yves Navarre depuis 2005. Les fondateurs des Amis d’Yves Navarre exposeront les projets de l’association.
Pour dans peu surprend par sa peinture très actuelle de la société et de l’errance de ses gouvernants et hauts fonctionnaires. Son personnage principal, Paul Welt, médecin généraliste, s’est vu confier par le Ministère de la justice la rédaction d’un rapport sur les conditions sanitaires dans les prisons. Durant six jours nous suivons ses pérégrinations dans le Sud de la France et à Amsterdam, jusqu’à son retour à Paris où il vit seul depuis le départ de son épouse et de leurs trois enfants. Au doute qu’instaure le bouleversement de sa vie personnelle s’ajoute une profonde inquiétude quant à la marche du monde. Le « dessein de plus grande justice » auquel il aspire lui échappe inéluctablement…
Soirée du 6 octobre sur invitation • Renseignements : contact[@]amis-yvesnavarre.org.
Télécharger ce communiqué en PDF.
Contact presse : Karine Baudoin – 04 67 40 36 77 – 06 30 08 42 14.
 

Un colloque international consacré à Yves Navarre à Paris

L’École des Ingénieurs de la Ville de Paris accueillera le deuxième « colloque international Yves Navarre » les 9 et 10 novembre 2015. Les spécialistes de l’œuvre d’Yves Navarre Sylvie Lannegrand et Philippe Leconte, ainsi que l’éditeur Henri Dhellemmes, réuniront les passionnés de cet auteur hors du commun autour du thème « Yves Navarre, du romanesque à l’autobiographique ». Invitée d’honneur, la romancière Jocelyne François.
Universitaires, éditeurs, écrivains, comédiens, libraires et lecteurs ont rendez-vous à partir du 9 novembre à l’École des Ingénieurs de la Ville de Paris pour échanger pendant deux jours sur leur intérêt pour Yves Navarre. Les organisateurs souhaitent ouvrir la manifestation au plus grand nombre pour faire redécouvrir l’œuvre multiforme et intemporelle de cet auteur majeur du XXe siècle qui s’articule sur toutes les variations du romanesque et de l’autobiographique. Prix Goncourt en 1980 pour Le Jardin d’acclimatation, Yves Navarre (1940-1994) était tout à la fois romancier, poète, dramaturge et essayiste. Il a également tenu un Journal, resté inédit à ce jour, pendant près de vingt ans. Le colloque s’ouvrira sur un témoignage de l’écrivaine Jocelyne François, invitée d’honneur, Prix Femina 1980 pour son roman autobiographique Joue-nous España.
Yves Navarre, des colloques aux Cahiers
Le premier colloque international consacré à Yves Navarre baptisé « Yves Navarre, une vie à écrire » a eu lieu à l’université NUI de Galway en septembre 2014, à l’occasion du vingtième anniversaire de la mort de l’auteur. À l’initiative de l’événement, Sylvie Lannegrand, universitaire qui a consacré sa thèse de doctorat puis de nombreux articles et conférences à Yves Navarre. Les participants à ce colloque ont ressenti le besoin de concrétiser cette expérience : les Cahiers Yves Navarre n°1, actes du colloque de Galway, sont parus au printemps suivant chez H&O. Les organisateurs du colloque parisien « Yves Navarre, du romanesque à l’autobiographique » prévoient la sortie des Cahiers n°2 en 2016.
Comment assister au colloque ?
• Entrée gratuite, dans la limite des places disponibles.
• Inscription obligatoire auprès de Philippe Leconte : lecontephilippe[@]noos.fr.
• Lieu : École des Ingénieurs de la Ville de Paris, 80 rue Rébeval, 75019 Paris, métro Pyrénées et Belleville.
• Horaires : le lundi 9 novembre de 9h30 à 12h30 et de 14h15 à 18h00 ; le mardi 10 novembre de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00.
• Informations sur la page Facebook du colloque : www.facebook.com/colloqueyvesnavarre2015.

 
Programme des interventions : en téléchargement version PDF.
Lundi 9 novembre 2015
09h30-10h00 : accueil des participants.
10h00-10h45 : allocution de la présidente Jocelyne François. Yves Navarre par Jocelyne François.
10h45-11h15 : pause.
11h15-11h45 : Dominique Dussidour, « Un roman intitulé Biographie ».
11h45-12h15 : Patrick Dubuis, « Biographie d’Yves Navarre et L’étoile rose de Dominique Fernandez ».
12h15-12h30 : échange entre les intervenants et le public.
12h30-14h15 : pause déjeuner.
14h15-14h30 : présentation de La Fibre des mots de Julian Lembke.
14h30-15h00 : La Fibre des mots, scène pour baryton et ensemble d’après Le Petit galopin de nos corps. Diffusion d’un enregistrement.
15h00-15h15 : entretien avec Julian Lembke.
15h15-15h45 : Philippe Leconte, « Yves Navarre, un mélomane à l’écriture mélodieuse » (la vie et l’œuvre d’Yves Navarre à travers le prisme de la musique).
15h45-16h15 : pause.
16h15-17h15 : Bruno Bisaro, « Le Poème de Mogador ».
17h15-17h45 : Margaux Palluet, « Mettre en scène une pièce d’Yves Navarre ».
17h45-18h00 : échange entre les intervenants et le public.
Mardi 10 novembre 2015
09h00-09h15 : accueil des participants.
09h15-09h45 : Anna Gonzalez, « Ce sont amis que vent emporte : une lecture ».
09h45-10h15 : Karine Baudoin, « Mots imprimés, parole vive : Yves Navarre et ses lecteurs ».
10h15-10h45 : pause.
10h45-11h15 : Angèle Bonvalet, « Une invitation au voyage ».
11h15-11h45 : Sylvie Lannegrand, « Quand l’autobiographie joue avec la fiction : Yves Navarre écrit pour les enfants ».
11h45-12h00 : échange entre les intervenants et le public.
12h00-14h00 : pause déjeuner.
14h00-14h30 : Arnaud Maïsetti, « Les Théâtres secrets d’Yves Navarre » (Donner la parole à d’autres soi-même).
14h30-15h00 : Anne de Tienda, « La mise en scène du quotidien chez Yves Navarre ».
15h00-15h30 : pause.
15h30-16h00 : Véronique Montémont, « Voix du chat, voix de soi ».
16h00-16h15 : échange entre les intervenants et le public.
16h15-16h30 : Henri Dhellemmes, « Éditer Yves Navarre contre toute attente ».
Clôture du colloque par Henri Dhellemmes, Sylvie Lannegrand et Philippe Leconte.
16h30-18h00 : Vin d’honneur dans le hall d’accueil.
 
contact presse : Karine Baudoin – 06 30 08 42 14.