Une jeune Bretonne part sur les traces de Harry Potter et collecte des fonds pour une maladie rare

Faustine Orveillon, jeune Bretonne de 23 ans, s’apprête à sillonner les routes de Grande-Bretagne à vélo pour relier les lieux de tournage des films Harry Potter. Ce projet a pour nom de code Footloose by bike. Il sera magique à plus d’un titre puisqu’il permettra à Faustine de soutenir une association qui lui tient à cœur, celle des familles d’enfants porteurs du syndrome de Lowe, une maladie rare. La jeune femme a ainsi lancé une cagnotte solidaire pour l’aider à financer son voyage et pour collecter des fonds au profit de l’Association française du Syndrome de Lowe (ASL).

Le 21 juin 2022, Faustine Orveillon prendra le ferry à Saint-Malo avec son vélo direction Portsmouth. Au programme de cette sportive passionnée de rugby, un périple de plus de 3000 kilomètres et de 30 000 mètres de dénivelé qui la mènera notamment à Londres, Birmingham, Edinburgh, Glasgow, Liverpool et Cardiff, à la découverte d’une cinquantaine de lieux de tournage des films de la saga Harry Potter. « J’ai baptisé mon projet Footloose by bike car je veux me sentir libre de toute attache, aller à la découverte du monde et vivre des expériences solidaires et engagées » explique la jeune femme, originaire des Côtes d’Armor. « Je veux me dépasser pendant plus de 55 jours, découvrir les paysages qui ont enchanté les adeptes de la saga Harry Potter tout en soutenant l’Association française du Syndrome de Lowe et les familles qui luttent contre cette maladie ultra-rare. »

Une cagnotte en ligne sur GlobeDreamers permet au grand public et à des sponsors potentiels de contribuer à ce projet merveilleux et solidaire. Faustine a déjà collecté les fonds nécessaires à la logistique de son voyage ; l’excédent reviendra à l’ASL qui consacre son budget annuel à l’accompagnement des familles membres de l’association, à l’information sur la maladie ainsi qu’au financement de la recherche. « J’ai fixé un objectif raisonnable de 1400 euros pour avoir des chances de l’atteindre, précise Faustine. J’espère bien sûr le dépasser au profit de l’ASL ! La cagnotte restera en place durant tout mon voyage. »

À propos de Faustine Orveillon
Née à Saint-Brieuc en octobre 1998, Faustine Orveillon grandit à Jugon-les-Lacs dans les Côtes d’Armor, où elle habite toujours. Elle découvre le rugby au lycée de Pommerit-Jaudy. Son Bac en poche, elle prépare une licence STAPS (Activité Physique Adaptée et Santé) à l’Université de Bretagne Occidentale à Brest, tout en jouant en Fédérale 2 au sein du Rugby Club Féminines du Pays de Brest. Elle poursuit ses études à Clermont-Ferrand où elle décroche un master d’Activité Physique Adaptée. En parallèle, elle mène sa carrière sportive au sein de l’ASM Romagnat, qui évolue en Élite 1 et en Fédérale 1. Elle rentre en Bretagne en juin 2021. Depuis septembre dernier, elle effectue un service civique dans un foyer de vie, L’Arche L’Olivier à Bruz.

À propos de l’ASL
Maladie génétique très rare, le syndrome de Lowe (ou oculo-cérébro-rénal) touche trois organes principaux – les yeux, le cerveau, les reins – et cause des handicaps physiques et intellectuels parfois très lourds. Il est provoqué par un gène défectueux sur le chromosome X, un des deux chromosomes qui déterminent le sexe, et touche uniquement les garçons. L’Association française du Syndrome de Lowe, créée en 1994, regroupe une cinquantaine de familles d’enfants malades. Elle s’est donnée comme missions de soutenir ces familles, d’informer le grand public et de financer la recherche pour, un jour, vaincre la maladie.

• Soutenir le projet Footloose by bike : https://bit.ly/FootlooseBB

Suivre le périple de Faustine sur Instagram et sur Facebook : @footloosebybike

• Le blog de Faustine : https://footloose-by-bike.hubside.fr


Contact presse : Karine Baudoin – 06 30 08 42 14.

Télécharger le communiqué en PDF :

La JCE de Montpellier crée Pratik, l’application boussole des plus démunis

La Jeune Chambre Économique de Montpellier lance une web application destinée à faciliter l’accès des personnes en situation précaire aux services d’aide se trouvant à proximité. L’application Pratik, développée en co-construction avec une vingtaine d’associations locales, complète les dispositifs sociaux existants. Les personnes sans-abri ou dans le besoin y trouveront tous les lieux où se restaurer, se laver, se soigner…

Accessible sur le site pratikapp.fr, la web application Pratik lancée par la JCE de Montpellier à destination des personnes en difficulté recense 14 catégories de besoins, de l’accueil de jour à la restauration en passant par les soins médicaux, le soutien administratif ou encore l’accès à des activités de loisirs. Chaque structure d’aide ou d’accompagnement est géolocalisée et dispose d’une fiche descriptive (adresse, horaires, conditions d’accès). « Aujourd’hui, 71% des personnes sans-abri disposent d’un smartphone et s’en servent quotidiennement, explique Cyndie Poulin, membre JCE co-directrice du projet Pratik. La base de données de notre application répertorie à ce jour plus d’une centaine de services d’aide aux plus démunis. Elle est alimentée par notre partenaire le Service Intégré d’Accueil et d’Orientation de l’Hérault (SIAO 34) qui se chargera de la compléter et de l’actualiser. »

Captures d’écran de l’application Pratik

La Jeune Chambre Économique de Montpellier travaille sur ce projet depuis deux ans. Initialement baptisée La Savonnette, la commission JCE avait d’abord pour ambition de remédier au manque d’accès à l’hygiène des femmes sans abri. Une longue phase d’enquête a permis de réorienter les travaux compte tenu du grand nombre de structures et d’initiatives en faveur des personnes en situation de précarité existant à Montpellier. « Nous avons constaté qu’il était plus utile de mieux faire connaître les services disponibles aux bénéficiaires potentiels et de leur en faciliter l’accès, ajoute Julie Gaillard, co-directrice du projet JCE. Nous avons recensé l’ensemble des structures montpelliéraines et rencontré une vingtaine d’entre elles pour concevoir une solution adaptée aux besoins du terrain. »

Les membres de la JCE de Montpellier ont présenté l’application Pratik le 26 février dernier à la Halte Solidarité, en partenariat avec le SIAO 34, Entraide SDF et Montpellier Méditerranée Métropole. Ils ont ainsi pu tester l’application avec les personnes accueillies à la Halte Solidarité à l’occasion d’une distribution de petits déjeuners organisée par le Secours Catholique et l’Ordre de Malte. La JCE prévoit, dans les semaines à venir, d’organiser des permanences à la Halte Solidarité avec d’autres associations (Croix-Rouge, Corus, La Table d’Anouk ou encore REX) pour former les bénévoles à l’application et la diffuser plus largement. « Pour amplifier cette diffusion, nous allons mettre en place, dans quelques mois, des bornes d’accès à l’application Pratik, avec le soutien de la Métropole, concluent Cyndie Poulin et Julie Gaillard. Une première borne sera installée près de la gare ou dans un lieu très fréquenté de l’Ecusson. »

Les bénévoles de la JCE Montpellier, du SIAO 34, de l’Ordre de Malte et du Secours Catholique à la Halte Solidarité le 26 février 2022

Contact presse : Karine Baudoin, 06 30 08 42 14.

Télécharger le communiqué :

L’AERS crée une plateforme logistique mutualisée pour l’accès aux biens de première nécessité, en réseau avec les acteurs associatifs de l’Hérault

Dans le cadre du plan France Relance destiné à soutenir les associations dans leurs missions de lutte contre la pauvreté, l’Association d’Entraide et de Reclassement Social (AERS) vient d’inaugurer à Vailhauquès, au nord-ouest de Montpellier, une plateforme logistique mutualisée entre les associations du territoire héraultais pour la distribution de biens non alimentaires de première nécessité. Une initiative réalisée en partenariat avec l’Agence du Don en Nature, association nationale de collecte et de redistribution.

C’est une première en Occitanie  : les associations de l’Hérault qui prennent en charge des populations précaires vont pouvoir s’approvisionner en biens et produits non alimentaires de première nécessité auprès d’une plateforme unique, située dans l’Écoparc Bel Air à Vailhauquès. Une avancée considérable pour elles qui collaborent avec des donateurs privés et des associations nationales de collecte et de redistribution comme l’Agence du Don en Nature. Confrontées régulièrement à des difficultés de stockage et de logistique, faute de lieu, de matériels et d’une organisation adaptée, elles doivent malheureusement souvent renoncer à d’importantes quantités de produits pourtant essentiels pour les populations en situation de précarité qu’elles accompagnent (produits d’hygiène, linge de maison, mobilier, électroménager…).

L’initiative de cette plateforme revient à l’AERS (Montpellier) qui a répondu à un appel à projet lancé en 2020 par l’État dans le cadre du plan France Relance. « Nous étions régulièrement obligés de décliner des dons d’entreprises privées, mais aussi dans l’impossibilité de commander à ADN et à ses homologues du matériel dont nous avions besoin  » témoigne Véronique Tirode, directrice générale de l’AERS. «  Or les prix de ces biens ne sont très attractifs que sur de gros volumes. L’appel à projet destiné à aider les associations dans leur mission de lutte contre la pauvreté répondait donc non seulement à nos besoins, mais permettait des projets à visée logistique, ce qui était innovant. Nous y avons répondu après avoir consulté les autres associations susceptibles d’utiliser les services d’une plateforme logistique commune. »

Véronique Tirode, directrice de l’AERS, lors de l’inauguration de la plateforme logistique mutualisée à Vailhauquès le 14 décembre 2021

L’AERS loue et exploite un entrepôt de 200 m2 situé au sein de l’Écoparc Bel Air, rue Andromède à Vailhauquès, capable de recevoir 150 palettes. Les associations partenaires y ont accès et peuvent collecter, stocker et préparer des kits pour pouvoir redistribuer les produits aux populations précaires qu’elles prennent en charge. Elles sont une quinzaine à ce jour à s’être engagées à utiliser la plateforme logistique mutualisée, du SIAO 34 au Mouvement du Nid en passant par La Bulle de Douche nomade. « Ces associations signent une convention de partenariat avec l’AERS, précise Me Gérard Christol, président de la structure montpelliéraine. Elles peuvent commander des produits sur catalogue à notre premier partenaire, l’Agence du Don en Nature, qui regroupe ces commandes et les achemine vers notre PLM. » Ces achats groupés présentent l’avantage de diminuer l’ensemble des coûts, notamment de transport. Les associations ne disposant d’aucun lieu de stockage peuvent récupérer leurs commandes en plusieurs fois.

De nouveaux financements nécessaires pour pérenniser la plateforme
Le contrat biennal bipartite qui lie l’AERS à l’État, signé au printemps 2021, permet à l’association de louer l’entrepôt durant deux ans. L’AERS a aussi acheté le matériel et l’équipement nécessaires à son exploitation, a installé un logiciel de gestion logistique et statistique, et a embauché un opérateur en logistique ainsi qu’un apprenti. « Nous avons les fonds pour les premiers investissements et le lancement de la plateforme, explique Véronique Tirode. Mais de nouveaux financements publics et privés seront nécessaires à la pérennisation de ce dispositif.  » L’implication des collectivités territoriales et la générosité de mécènes privés seront cruciales pour pérenniser ce projet, accroître le nombre de produits non alimentaires de première nécessité distribués au tissu associatif héraultais et, par voie de conséquence, aux personnes les plus vulnérables du département. L’AERS envisage à terme de faire de cette plateforme un entrepôt-école pour former aux métiers de la logistique.

Biens non alimentaires de 1re nécessité • Le Chiffre
[étude Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès et l’Agence du Don en Nature, octobre 2021]
Près d’un Français sur trois doit renoncer très régulièrement à l’achat de produits non-alimentaires de première nécessité ; 31% d’entre eux renoncent plus de quatre fois par mois à l’achat de ce type de produits.


À propos de l’AERS
Créée en 1967 à Montpellier, l’Association d’Entraide et de Reclassement Social œuvre pour la création, la gestion et l’animation d’établissements et de services destinés à l’accueil, à l’hébergement, au soin et à l’inclusion des personnes en difficulté. Son engagement est basé sur des valeurs humanistes au service des publics les plus fragilisés, stigmatisées du fait d’un passé carcéral, de la grande précarité ou de la maladie. L’AERS aspire à assurer une fonction de veille sociale et revendique également une fonction d’innovation.

À propos de l’Agence du Don en Nature
Depuis 2008, l’Agence du Don en Nature lutte contre la précarité matérielle par la collecte de produits invendus neufs non-alimentaires auprès d’entreprises et leur redistribution à des associations œuvrant auprès de populations en situation de précarité (épiceries sociales et solidaires, établissements de la protection de l’enfance, centres d’hébergement, accueils de jour, etc.). En 2020, 7 millions de produits (hygiène, puériculture, entretien, vêtements, fournitures, jouets, articles d’équipement de la maison, etc.) ont été distribués à plus de 1200 associations partout en France.


Télécharger ce communiqué en PDF.

Contact presse : Karine Baudoin, 06 30 08 42 14.

26 coups de pouce pour soutenir l’élan de solidarité des associations locales face au Covid-19

La Fondation Banque Populaire du Sud dédie une enveloppe de 60 000 € à des actions solidaires liées au Covid-19. Son conseil d’administration a sélectionné 26 associations locales, clientes ou non de la Banque, grâce à son réseau d’agences mobilisé du 10 au 20 avril 2020. Aide aux soignants, aux aînés et aux enfants, aide alimentaire, consommation locale et fabrication de masques : la fondation BPS salue la mobilisation des associations et de leurs bénévoles.

La Fondation Banque Populaire du Sud, qui récompense deux fois par an des associations pour leurs projets – innovation sociale et environnementale, insertion par l’emploi et l’entrepreneuriat, patrimoine culturel – a décidé de réajuster temporairement sa mission compte tenu de la crise sanitaire actuelle. Elle a ainsi attribué une enveloppe financière de 60 000 euros en soutien à 26 actions solidaires portées par autant d’associations et de nombreux bénévoles, réparties sur les sept départements que couvre la Banque  : Ariège, Aude, Gard, Hérault, Lozère, Pyrénées-Orientales et Sud-Ardèche.

«  Avec cette opération, nous avons voulu donner un coup de pouce et surtout exprimer notre reconnaissance aux associations locales, celles qui irriguent tous les recoins de notre territoire et qui passent parfois en dessous des radars médiatiques  » explique Olivier Gibelin, président de la Fondation BPS. «  Nous avons voulu saluer les bénévoles engagés durant cette crise sanitaire, qui agissent dans nos communes, nos quartiers, nos structures de santé… et qui font preuve de courage, de générosité, d’inventivité.  »

Aider les soignants • 6 000 €
• Secours infirmiers (34) – 6 000 €

Aider nos aînés • 8 700 €
• Le Grand Platane (66) – 1 500 €
• Montredon à coeur (11) – 1 000 €
• Rester au village (30) – 5 000 €
• VMEH (48) – 1 200 €

Pour nos enfants • 5 500 €
• Lardenois et Cie (07) – 4 000 €
• 3MKTD (34) – 1 500 €

Aide alimentaire • 19 500 €
• APA (30) – 6 000 €
• MIAM Collectif (66) – 2 000 €
• Réapprendre à vivre ensemble (34) – 1 000 €
• Secours Populaire Hérault (34) – 5 000 €
• Secours Populaire Pyrénées Orientales (66) – 1 500 €
• Terre Contact (34) – 4 000 €

Manger local • 6 800 €
• CIVAM Bio 09 (09) – 1 500 €
• La 5e saison (34) – 3 300 €
• La Pleiade (30) – 2 000 €

À vos masques (et visières) ! • 13 500 €
• AMAOS (30) – 1 000 €
• Journal de Valdegour (30) – 1 000 €
• Les amis du Balouard (09) – 1 000 €
• Troc et mode Kids (34) – 1 000 €
• Animation Loisirs Culturels Clémentville (34) – 1 000 €
• ARES 66 (66) – 1 000 €
• C’FAIRE (30) – 1 000 €
• Joyeux Chichois (34) – 1 000 €
• Mobilab 66 (66) – 3 000 €
• Modélisme Stéphanois (66) – 2 500 €

À propos de la Fondation Banque Populaire du Sud 
La Banque Populaire du Sud a lancé sa fondation d’entreprise en 2013 pour soutenir les associations et les jeunes dans sa région. La fondation permet à la Banque de renforcer son engagement sociétal et d’exprimer l’esprit coopératif qui anime ses sociétaires et ses collaborateurs.
Pour mener sa mission, la fondation bénéficie d’un budget de 180 000 euros par an. Elle est présidée par Olivier Gibelin, vice-président du conseil d’administration et président du comité sociétariat de la Banque Populaire du Sud.
Depuis 2018, la fondation BPS a ouvert son champ d’intervention à l’insertion professionnelle et à l’innovation sociale et environnementale. Elle continue son action en faveur du patrimoine local et des initiatives jeunes. Elle soutient des actions qui véhiculent des valeurs dans lesquelles les collaborateurs de la Banque, les sociétaires, les clients et les partenaires se retrouvent : la solidarité, l’attachement au territoire, la préoccupation environnementale, l’esprit d’entreprendre. La Fondation BPS intervient sur les 7 départements que couvre la Banque Populaire du Sud : Pyrénées-Orientales, Hérault, Gard, Aude, Lozère, Ariège et Sud-Ardèche.

Télécharger ce communiqué en PDF.

Contacts presse
• Banque Populaire du Sud : Delphine Romain 04 99 51 59 63 /Jean-Philippe Dubar 04 66 28 60 05.
• Agence RP : Karine Baudoin 06 30 8 42 14.

 

7e Semaine nationale du Refuge du 13 au 19 mai 2019


Le Refuge lance un nouvel appel à la générosité publique du 13 au 19 mai 2019, dans le cadre de sa 7e Semaine nationale. La quasi totalité des chaînes télévisées françaises diffuseront gracieusement le nouveau spot de l’association consacré aux legs. L’écrivaine Nina Bouraoui présidera la cérémonie de remise de prix du concours « Initiatives contre les LGBT-phobies » le 17 mai. L’association héberge et accompagne des jeunes de 18 à 25 ans rejetés par leurs familles du fait de leur orientation sexuelle ou de genre. Au cours d’une série de conférences organisées dans ses délégations régionales, Le Refuge s’intéressera cette année au poids des traditions et à l’influence culturelle dans ce rejet familial.
La Semaine nationale du Refuge est inscrite au calendrier des journées nationales d’appel à la générosité publique. Pour collecter les dons nécessaires au financement de ses activités, l’association propose un nouveau film de 8’ et un spot TV de sensibilisation de 30 secondes sur la thématique des legs. Et pour la première fois, ces films donnent la parole aux donateurs du Refuge : Pascal et François vivent ensemble depuis 15 ans, ils n’ont pas d’héritier direct. Isabelle est veuve depuis le décès prématuré de son mari, cette bénévole au Refuge n’a pas eu d’enfant. Sophie et Jean-Claude sont mariés depuis 25 ans, leur fils aîné Florent a été victime d’homophobie et de harcèlement au lycée. Tous ont décidé de faire un legs au Refuge par testament. Et tous racontent avec émotion pourquoi ils ont fait ce choix, ce qui les motive au plus profond d’eux-mêmes. Chacun·e se reconnaîtra forcément dans leurs témoignages. Dans ces films réalisés par Pascal Petit, les jeunes du Refuge sont presque toujours à l’image : on les voit vivre quand les donateurs se livrent. Muriel Robin, la marraine du Refuge, a accepté de prêter sa voix précieuse à ces films qui parlent de « l’après » avec délicatesse et apaisement.
Le film de 8 minutes sera disponible dès le 13 mai sur le site du Refuge et sur les réseaux sociaux. Ces chaînes télévisées françaises diffuseront gracieusement le spot de 30 secondes du 13 au 19 mai 2019 : TF1, TMC ou TFX, Ushuaïa TV et Histoire, France 2, France 3, France 5, Canal +, C8, et CNEWS, M6, W9 et 6 ter, NRJ 12 et Chérie 25, BFM TV et BFM Business, RMC Découverte et RMC Story, La Chaine Parlementaire Assemblée nationale, VIRGIN TV. Le spot TV sera aussi disponible hors écran sur RMC Story à raison de 5 diffusions par jour. La plupart des radios diffuseront simultanément la version audio, notamment RMC (28 passages).

Des dons pour Le Refuge
Le Refuge a mis en place un système de don par SMS : en envoyant par exemple DON5 au 9 26 26, on donne 5 € (il est possible de donner de 1 à 20 €).
Deux soirées officielles en amont et en aval de la Semaine nationale
Le Refuge dévoilera ses spots de sensibilisation le 6 mai 2019, lors de la soirée de lancement de la Semaine nationale qui aura lieu au Conseil régional d’Ile-de-France. À cette occasion, le président du Refuge Nicolas Noguier donnera en exclusivité les résultats de l’étude de notoriété 2019 réalisée par l’institut BVA pour l’association. Des jeunes hébergés au Refuge livreront leurs témoignages, en présence de Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, de Patrick Karam, vice-président en charge des sports, des loisirs, de la jeunesse, de la citoyenneté et de la vie associative, de Muriel Robin et de Claire Chazal, respectivement marraine et ambassadrice de l’association.
Le Refuge présentera aussi officiellement sa campagne d’appel aux legs au Ministère de la Justice le lundi 27 mai à 19h30, en présence de Nicole Belloubet, garde des Sceaux, ministre de la justice et de Nathalie Baye et Jean-Baptiste Marteau, ambassad·rice·eur du Refuge.
Un cycle de conférences consacré à l’influence culturelle sur le rejet familial
Cette année, les équipes du Refuge ont souhaité s’intéresser aux poids des traditions afin de comprendre comment certaines coutumes familiales peuvent entraîner une discrimination ou un rejet de l’enfant par rapport à sa sexualité et/ou son identité de genre. Un cycle de conférences traitera donc de l’influence culturelle dans plusieurs grandes villes de France. Des spécialistes prendront la parole aux côtés de représentants et de jeunes du Refuge : à Montpellier le 13 mai Éric Soriano, maître de conférence en science politique (Université Paul Valéry, UMR ArtDev) ; à Lyon le 14 mai Maks Banens, maître de conférence au centre Max Weber (laboratoire de sociologie) ; à Saint-Denis-de-la-Réunion le 17 mai Pamela Quiroga, doctoresse. À Paris Sabrina Askelou, vice-présidente du Refuge et ancienne jeune accompagnée par l’association, se confiera sur son vécu le 17 mai à 16h30 à l’Espace Conférence du Groupe Randstad.
Le Groupe Randstad accueille la remise des Prix « Initiatives contre les LGBT-phobies » présidée par Nina Bouraoui
Le Refuge, l’Institut Randstad et la Fondation Jasmin Roy Sophie Desmarais récompenseront des associations et des lycéens pour leurs projets originaux de lutte contre les LGBT-phobies dans le cadre du grand Concours annuel du Refuge. La remise des Prix, placée sous la présidence de la romancière Nina Bouraoui, se déroulera le 17 mai à 18h à l’Espace Conférence du Groupe Randstad à St Denis La Plaine. L’Institut Randstad remettra un chèque de 5 000 euros au projet sélectionné par un jury de personnalités et de représentants associatifs présidé par Nina Bouraoui. Le Refuge récompensera de 2 000 euros l’action plébiscitée par les internautes. Enfin, la Fondation Jasmin Roy Sophie Desmarais, qui lutte contre l’intimidation et la violence en milieu scolaire, décernera les Prix des Lycéens : deux établissements scolaires engagés dans la lutte contre l’homophobie recevront chacun une bourse de 2 000 euros.

Nina Bouraoui, présidente du jury du Concours Le Refuge 2019 • © Francesca Mantovani - JC Lattes


Air France et sa Fondation solidaires du Refuge
Dans le cadre de son engagement pour l’inclusion et la diversité et à l’occasion de la Gay Pride de San Francisco et de la Marche des fiertés LGBT à Paris, Air France proposera deux vols événementiels LGBT friendly. À bord des vols AF084 Paris-Charles de Gaulle / San Francisco et AF083 San Francisco / Paris-Charles de Gaulle les 28 et 30 juin 2019, la compagnie proposera une vente caritative d’objets au profit du Refuge. Un film de témoignages de jeunes du Refuge sous-titré en anglais sera accessible à tous les passagers depuis leur siège.
Télécharger ce communiqué en PDF.
Télécharger les chiffres 2018 du Refuge.
Contact presse : Karine Baudoin • 06 30 08 42 14.
 
 

L'association Le Refuge organise son premier gala caritatif le 26 novembre 2018


Le Refuge organise son premier gala caritatif le 26 novembre 2018 à Paris. Cette collecte de fonds permettra de financer des logements destinés à des jeunes gens que leur entourage a rejetés du fait de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre. Ce gala est placé sous le patronage de la Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa.
Lundi 26 novembre prochain, la capitale accueillera, pour un gala caritatif exceptionnel, les personnalités publiques comme privées qui appuient de longue date l’action du Refuge. Elles ont décidé de soutenir cet événement qui célèbrera aussi le 15e anniversaire de l’association d’aide aux jeunes LGBT isolés, et en appellent aux mécènes privés et aux entreprises pour réserver des tables, à l’instar d’AXA France, partenaire officiel de l’événement qui a d’ores et déjà confirmé son soutien à l’association.
« Grâce aux fonds collectés, nous espèrons acquérir deux nouveaux studios tremplins en région parisienne afin de faire face à l’augmentation très forte des demandes d’hébergement ces derniers mois » confie Nicolas NOGUIER, président du Refuge. En effet, l’association a hébergé 280 jeunes en 2017 (+22% par rapport à 2016) pour une demande en constante augmentation qui s’élève aujourd’hui à 788 sollicitations. Daphné BÜRKI sera la maîtresse de cérémonie de ce gala de bienfaisance placé sous le patronage de la Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène SCHIAPPA. La soirée aura lieu en présence de la marraine de l’association Le Refuge Muriel ROBIN. Guillaume GOMEZ, Chef de l’Elysée, signera le menu Potel & Chabot.
À PROPOS DU REFUGE
Le Refuge est la seule association de lutte contre l’homophobie reconnue d’utilité publique et l’unique structure en France, conventionnée par l’Etat, à proposer un hébergement temporaire et un accompagnement social, médical et psychologique aux jeunes majeurs, filles et garçons, victimes d’homophobie ou de transphobie.
• Le Refuge est implanté dans 18 villes en France par le biais de délégations régionales et départementales : Montpellier (siège social), Paris, Lyon, Grenoble, Marseille, Lille, Toulouse, Bordeaux, Saint-Denis de la Réunion, Rennes, Perpignan, Avignon, Corse, Nice, Besançon, Strasbourg, Le Havre et Cayenne. Elle dispose aussi d’un réseau de correspondants-relais.
• Plus de 7000 jeunes LGBT sont entrés en contact avec l’association depuis sa création en 2003. En 2017, 1587 jeunes ont appelé sa ligne d’urgence et elle en a hébergé 280.
• Ligne d’appel d’urgence 24h/24 7J/7 : 06 31 59 69 50.

Réservations soirée : Celine CASSOUDESALLE – 8000 € la table de 10 personnes avant réduction d’impôts.
Télécharger ce communiqué en PDF.
Contacts Refuge :
Adrien FIGULA, Délégué du Fonds de dotation –
Karine BAUDOIN, Attachée de presse – 06 30 08 42 14.
 

Eco-responsable, fairtrade et solidaire : la marque de prêt-à-porter Monsieur Wolgan aux côtés du Refuge.


Le 28 novembre dernier, Le Refuge et Google France se sont associés à Monsieur Wolgan pour lancer, lors d’une soirée privée au siège du géant du net, la marque de vêtements Monsieur Wolgan. Derrière ce nom, un jeune homme ambitieux et sensible qui souhaite associer au monde de la mode et du luxe des valeurs humaines et éco-responsables. Monsieur Wolgan, c’est aussi un jeune homme que l’association d’aide aux jeunes LGBT Le Refuge hébergea il y a tout juste 10 ans. Aujourd’hui, il puise dans son passé la force de bâtir une entreprise aux valeurs fortes et souhaite à son tour aider celles et ceux qui pourraient avoir un jour besoin d’un Refuge : 5% des ventes de sa collection hommes/femmes seront reversés à l’association.

Monsieur Wolgan est à la recherche de nouveaux sponsors et mécènes pour produire ses créations.
Une campagne de crowdfunding sur la plateforme Kickstarter doit permettre à Monsieur Wolgan de faire fabriquer ses modèles de tee-shirts et sweatshirts pour hommes, femmes et enfants en coton bio éco-responsable. La marque conçoit et réalise elle-même les imprimés à partir de techniques traditionnelles et digitales. « Nous avons fait appel aux meilleurs fournisseurs textiles, possédant le plus haut niveau de labellisation, et nous avons choisi un imprimeur basé en France, qui travaille avec de l’encre vegan, sans pré-traitement chimique de nos produits » précise Monsieur Wolgan. Pour aller plus loin, le jeune créateur et ses associés s’engagent, avant de signer des contrats partenaires, à visiter physiquement chacune des usines et à s’assurer qu’elles respectent leurs valeurs. Ils soutiennent aussi l’association Rêves en s’engageant à lui reverser 5% des ventes de leur collection Enfants.

 
Téléchargez le kit presse contenant :
• le book de Monsieur Wolgan
• le logo de la marque
• une photo de la soirée au siège de Google France
• des visuels de modèles.
Contact presse Le Refuge : Karine Baudoin • 06 30 08 42 14.
 

Appel aux dons : Le Refuge lance sa campagne d’hiver !

Le Refuge lance une nouvelle campagne nationale d’appel aux dons en direction du grand public. Pour sensibiliser les citoyens à la souffrance des jeunes gens rejetés par leurs proches parce qu’ils sont homosexuels ou transsexuels, l’association a choisi de donner la parole à ses travailleurs sociaux dans un spot TV de 30 secondes, un sport radio de 20 secondes et un film Internet de 12 minutes, tous réalisés par Pascal Petit.
Du 18 novembre au 3 décembre 2015, la plupart des chaînes télévisées, historiques ou de la TNT, diffusera gracieusement la campagne d’hiver d’appel aux dons du Refuge. La campagne 2014 était basée sur les témoignages des jeunes hébergés par l’association. En 2015, le réalisateur Pascal Petit a filmé l’immense travail des éducateurs spécialisés et des travailleurs sociaux dans chacune des délégations du Refuge à Paris et en province. Comme l’explique Céline, travailleuse sociale au sein de la délégation de Marseille et l’une des principales figures des films : « Au Refuge, les jeunes en détresse trouvent un hébergement, mais ils bénéficient aussi d’un accompagnement social pour les aider à rebondir… Sans cet accompagnement, on s’appellerait hôtel, pas Le Refuge ! »

Le Refuge 2015 spot TV from Pascal PETIT / zipcom.fr on Vimeo.
Un soutien financier nécessaire pour faire face aux appels à l’aide
70 % des ressources du Refuge proviennent de la générosité des donateurs. Ces moyens permettent à la fois d’héberger les jeunes qui frappent à la porte de l’association, mais aussi de payer les professionnels qui les encadrent, à ce jour 7 travailleurs sociaux salariés et 5 psychologues sous contrat. Les besoins s’accroissent avec le nombre de demandes – le Refuge a hébergé 237 jeunes en 2014 – et l’association crée petit à petit de nouvelles antennes : Rennes et Nice en 2015, un projet sur Grenoble. Les donateurs ont d’ailleurs la possibilité de contribuer au fonctionnement général du Refuge ou bien d’affecter leur don à une délégation régionale en particulier.

Le Refuge 2015 film internet from Pascal PETIT / zipcom.fr on Vimeo.
Le Refuge partenaire du portail des numéros pour l’enfance
La ligne d’écoute du Refuge fait partie des numéros d’aide à l’enfance et de soutien aux parents existant en France. 1 800 jeunes ont utilisé cette ligne pour contacter l’association en 2014. À ce titre, Le Refuge est partenaire du portail web www.numeros-aide-enfance.fr lancé en septembre par la Fondation pour l’Enfance et destiné à mieux faire connaître certains de ces numéros. Il y aurait aujourd’hui plus d’un million d’enfants en danger en France.
à propos du Refuge
Le Refuge est la seule association de lutte contre l’homophobie reconnue d’utilité publique et l’unique structure en France, conventionnée par l’Etat, à proposer un hébergement temporaire et un accompagnement social, médical et psychologique aux jeunes majeurs, filles et garçons, victimes d’homophobie ou de transphobie.
• 8 délégations – Montpellier, Paris, Lille, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Saint-Denis de la Réunion – et 7 antennes : Rennes, Perpignan, Avignon, Corse, Nice, Besançon, Strasbourg. Un projet à Grenoble.
• Le Refuge dispose de 77 places d’hébergement fixes et loue des chambres d’hôtel. 237 jeunes en ont bénéficié en 2014 (+16 % par rapport à 2013). L’association a assuré 23 000 nuitées en 2014.
• Ligne d’appel d’urgence 24h/24 7J/7 : 06 31 59 69 50.
Télécharger ce communiqué en PDF.
contact presse : Karine Baudoin – 06 30 08 42 14.