Le Refuge crée 4 antennes et 2 délégations

L’association de soutien aux jeunes gens victimes d’homophobie ou de transphobie et rejetés par leurs proches poursuit son développement en France. Le Refuge vient en effet d’officialiser l’existence de quatre nouvelles antennes à Bordeaux, Perpignan, Avignon et Bastia, soit quatre points d’accueil, d’écoute et de prévention pour les jeunes gays, bisexuels et transsexuels. Les antennes de Lille et de la Réunion deviennent des délégations régionales, dotées chacune d’un dispositif d’hébergement [voir chiffres "en bref"].

Le Refuge complète son maillage territorial au Sud
Désormais présent à Perpignan avec une équipe d’une quinzaine de bénévoles, le Refuge poursuit sa couverture du Languedoc-Roussillon, qui compte déjà la délégation régionale historique de Montpellier et une antenne à Narbonne. La Conseillère en Economie Sociale et Familiale du Refuge Montpellier tient aussi une permanence bimensuelle à Nîmes. Les antennes d’Avignon et de Bastia complètent le travail réalisé sur PACA par la délégation de Marseille. A terme, les bénévoles corses souhaitent développer les lieux d’accueil et d’hébergement sur l’île et créer leur propre délégation. Les Avignonnais de leur côté interviendront sur un territoire composite qui conjugue problématiques urbaines, ruralité et tourisme. Ils envisagent de créer des permanences tournantes sur le Vaucluse afin notamment de prendre en compte la détresse des jeunes isolés en milieu rural. Même préoccupation de la part des bénévoles bordelais qui souhaitent non seulement agir sur la métropole mais encore nouer des contacts avec les services sociaux et éducatifs des communes rurales de l’Aquitaine. L’installation du Refuge à Bordeaux renforce la présence de l’association dans le Sud-Ouest, Toulouse abritant une délégation régionale depuis un an.

À Lille, les jeunes en quête d’un toit
L’équipe lilloise du Refuge accueille actuellement trois jeunes en hébergement d’urgence à Lomme, dans une structure hôtelière. Objectif pour 2014 : disposer d’un appartement-relais sur Lens. Car être logé est la priorité des jeunes demandeurs, même si la délégation leur apporte écoute et aide à la recherche d’un emploi dans les locaux de l’EGIDE. L’association reçoit en moyenne huit demandes de logement par mois depuis début 2013. « Pour l’instant, nous accueillons presque autant de filles (45%) que de garçons, ce qui ne reflète pas les statistiques nationales, témoigne Jérôme Lacroix, délégué régional du Refuge. La plupart de ces jeunes sont issus de zones défavorisées (bassin minier, Valenciennes). »

À La Réunion, le Refuge lutte contre l’exclusion et la stigmatisation
Stéphane Ducamp, délégué du Refuge à Saint-Denis de la Réunion, témoigne du rejet dont souffrent les jeunes gays et transsexuels sur l’île : « La société réunionnaise est figée dans des valeurs religieuses et familiales. Elle rejette toute réflexion sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre et stigmatise celles et ceux qui transgressent ces valeurs. » Le contexte insulaire n’arrange rien : 60% des 18-25 ans sont sans emploi et le suicide est la 2e cause de mortalité de la population masculine. La délégation réunionnaise du Refuge gère une ligne d’écoute et accompagne les jeunes en détresse. Elle dispose de deux places d’hébergement et espère en proposer cinq d’ici fin 2013. Elle mène des actions de prévention dans les lycées et les collèges ainsi qu’auprès des missions locales de Saint Louis et de Saint Pierre.

Le Refuge (La Réunion) en synergie avec Sid'aventure et le Planning Familial - avril 2013

Le Refuge en bref
Le Refuge est la seule association de lutte contre l’homophobie reconnue d’utilité publique et l’unique structure en France, conventionnée par l’Etat, à proposer un hébergement temporaire et un accompagnement social, médical et psychologique aux jeunes majeurs, filles et garçons, victimes d’homophobie ou de transphobie.
Son implantation :
• 7 délégations régionales : Montpellier, Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Lille, Saint-Denis-de-la-Réunion.
• 5 antennes : Narbonne, Perpignan, Bordeaux, Avignon, Bastia.
Quelques chiffres :
• En 2012, 930 jeunes ont contacté Le Refuge qui en a hébergé 114 (86% de garçons).
• Avec 500 euros, l’association assure l’hébergement (nourriture comprise) et l’accompagnement social et psychologique de deux jeunes pendant un mois.
• Les locations d’appartements-relais et d’hébergements en hôtels représentent 28% des dépenses [+ 45,57% en 2012].
• Le Refuge compte 1700 adhérents (chiffres à jour au 20 juin 2013).

 Télécharger ce communiqué en PDF.