La JCE de Montpellier réfléchit aux compétences de demain sur le marché du travail

La JCE de Montpellier organise une conférence-débat-réflexion consacrée aux compétences requises sur le marché du travail à l’horizon 2030. Le rendez-vous est fixé le vendredi 23 septembre à 18h00, à la Cité de l’Économie et des Métiers de demain. Ce débat s’inscrit dans la FrancoFormation, manifestation JCI qui rassemblera 200 participants francophones du 23 au 25 septembre à Montpellier.

Le monde du travail est en perpétuel mouvement : les compétences techniques ne cessent de se réinventer et de nouveaux métiers naissent tandis que d’autres disparaissent ou se transforment. Parallèlement, certaines compétences interpersonnelles deviennent des clefs indispensables pour évoluer professionnellement. Dirigeants d’entreprises, représentants de collectivités territoriales et d’organismes consulaires, formateurs et consultants RH seront réunis à la Cité de l’Économie et des Métiers de demain le 23 septembre, à l’invitation de la JCE de Montpellier, pour croiser leurs constats et leurs points de vue sur les problématiques de recrutement, de formation professionnelle et de transformation de la ressource humaine, ainsi que pour donner des pistes de travail aux membres de la JCE.

Cette réflexion sera nourrie par le rapport « Future of work » du Forum Économique Mondial qui a identifié une douzaine de compétences clefs : autonomie, capacité d’adaptation, résolution de problèmes complexes, esprit critique, créativité, management, esprit d’équipe, intelligence émotionnelle, prise de décision, connaissance de soi, agilité, prise de parole en public, engagement sociétal. La JCE de son côté alimentera les débats avec les résultats d’une enquête menée auprès des membres des JCE participant à la manifestation FrancoFormation qu’elle organise en parallèle, soit 200 représentants de la France, de la Belgique, de la Suisse, du Luxembourg, du Mali et de la Tunisie.

Répondre à une jeunesse en quête de sens

« Il nous semblait essentiel de réfléchir ensemble à cette problématique des compétences et de l’environnement de travail » explique Andreea Acxinte, directrice du projet FrancoFormation. « D’une part nous avons affaire à la grande démission des jeunes qui ne veulent plus travailler pour un job qui n’a pas de sens pour eux. D’autre part nous sommes en pleine année européenne de la jeunesse qui a pour objectif de rétablir des perspectives positives pour les jeunes qui ont tant souffert pendant la crise sanitaire. »

De son côté, Anthony Gontier, président de la JCE de Montpellier rappelle que les membres du mouvement JCI ne veulent pas subir les conséquences du changement, mais bien « devenir le changement » : « Le sujet des compétences de demain s’impose à nous. Nous sommes dans un contexte proche de la reconstruction post seconde guerre mondiale. Parce que leur environnement a été modifié des tréfonds des océans à la stratosphère, les humains sont dans l’obligation de changer pour rester l’espèce la plus adaptée à son environnement. Nous devons être des acteurs visionnaires sur une période de transition entre un système à l’agonie et une nouvelle société naissante. »

Elles et ils participent à la réflexion :

  • Jalil Benabdillah – Vice-président en charge de l’économie, l’emploi, l’innovation et la réindustrialisation, Région Occitanie
  • Véronique Villette – Vice-présidente de la CCI déléguée aux ressources humaines, spécialiste en recrutement
  • Ghyslain Morvan – Président Traiteur Grand et M Academy
  • Carlos Mesias – Directeur régional Est et Grand Sud Bouygues Énergies & Services
  • Jean-Pierre Boffy – CEO STEAM France et vice-président Leader Occitanie
  • Renaud Maurin – Fondateur Énergies & Mutations, coach d’organisations et de dirigeants, formateur de managers
  • Jean-Yves Deleuze – Fondateur Géométrie Variable, formateur, coach et consultant en stratégie et management de transition
  • Sanjeev Rao – Conférencier, créateur Mi-SHIFT, catalyseur des jeunes dans les écoles et les entreprises
  • Six responsables de délégations de la Jeune Chambre Internationale, plus de 20 formateurs et 200 membres JCI issus des pays participant à la FrancoFormation.

À propos de la JCE
La Jeune Chambre Économique Française est une association reconnue d’utilité publique, qui réunit des jeunes citoyens actifs ayant la volonté d’impacter positivement leur territoire et qui se forment à la prise de responsabilité au travers d’actions à caractère innovant. Agissant sur des principes de partage, de bienveillance et d’intelligence collective, la Jeune Chambre Economique offre des opportunités de développement pour la jeunesse. Ancrée fortement en local, la JCEF est membre de JCI et s’inscrit aussi dans une dynamique internationale, notamment par le respect et la promotion des Objectifs de développement durable énoncés par l’ONU. La JCE de Montpellier est active depuis 1960.


Contacts presse :
Agence RP, Karine Baudoin, 06 30 08 42 14
Directrice de projet JCE, Andreea Acxinte, 07 70 48 79 72.

Télécharger ce communiqué en PDF :

L’échographe est le stéthoscope du futur ! Premier Congrès d’Échographie en médecine générale, Paris, 12-14 janvier 2018.


Le Centre Francophone de Formation en Échographie organise à Paris le premier Congrès d’Échographie en médecine générale du 12 au 14 janvier 2018. Une trentaine de médecins généralistes épaulent le Professeur honoraire et Docteur Jean-Marie Bourgeois pour informer et former leurs confrères et consœurs sur ce qu’ils considèrent comme le stéthoscope du futur.
Selon les estimations du Professeur honoraire Jean-Marie Bourgeois, seuls 5% des médecins généralistes français auraient intégré l’échographe dans leur pratique quotidienne, contrairement à bon nombre de praticiens spécialistes qui assurent les échographies « bedside ultrasound » (au chevet du patient), notamment en Réanimation, en Cardiologie, en Rhumatologie, en Angiologie… Afin de remédier à la situation, le Centre Francophone de Formation en Échographie organise au Palais des congrès de Paris, les 12, 13 et 14 janvier 2018, le premier Congrès d’Échographie en médecine générale. Les participants pourront y découvrir le concept de « l’échographe, stéthoscope du 3e millénaire », échanger avec des médecins qui utilisent déjà cet appareil d’imagerie et surtout se former à sa prise en main.
L’échographie en médecine générale  : une cause publique
Tous les travaux réalisés sur le sujet démontrent l’intérêt de pratiquer l’échographie dans l’exercice de la médecine générale en cabinet. Ainsi Marion Pla et Laurent Seyler (1) expliquent que l’échographie permet au médecin de gagner du temps, de réaliser des diagnostics plus précoces, d’apporter une évaluation immédiate aux problèmes cliniques urgents et d’orienter le patient de manière appropriée (sans engorger les services d’urgence notamment).
Le Pr Bourgeois rappelle qu’il y a une vingtaine d’années, le Professeur Moreau, radiologue précurseur, avait proposé à la Sécurité sociale de mettre à la disposition du médecin généraliste un échographe avec l’objectif de dépister les anévrismes de l’aorte abdominale : « On mesure le bénéfice de l’outil en termes de décès évités par rupture d’AAA ! » Elsa Mani (2) note aussi que, dans de nombreux pays comme en Allemagne ou au Japon, la pratique de l’échographie est courante en soins primaires et perçue comme un prolongement de l’examen clinique, au même titre que la bandelette urinaire et la glycémie capillaire.
Enfin, pour le Pr Bourgeois, « l’échographie participe – et pourrait participer bien davantage – à dissiper le malaise ressenti par les médecins généralistes. La reconnaissance insuffisante de notre utilité par la société, par les partenaires (plus rarement par nos patients), et finalement par les médecins généralistes eux-mêmes, ne peut être redressée que par une plus grande efficience de notre discipline, notamment grâce à l’échographie. »
Congrès d’Échographie en médecine générale • 12-14 janvier 2018 • Palais des congrès de Paris
Droits d’accès : 280 euros • Ateliers qualifiants indemnisants proposés • www.congres-echographie.com • Télécharger le programme complet.
À propos du CFFE et du Professeur honoraire Jean-Marie Bourgeois
Le Centre Francophone de Formation en Échographie est un organisme dispensateur de formation en Échographie-Doppler depuis plus de 20 ans. Basé à Nîmes, il a formé plus de 6500 médecins. Son président, le Pr Jean-Marie Bourgeois, a consacré sa carrière universitaire, en tant qu’enseignant et praticien, à la formation du médecin généraliste à l’Écho-Doppler. Il a créé le premier Diplôme Universitaire d’Échographie ouvert également à ces médecins en 1980 à la Faculté de Montpellier, puis le premier DIU en collaboration avec la Médecine Nucléaire de Limoges et de Paris (Pitié Salpêtrière) et la Radiologie de Lyon. Également président de l’Ecole d’Échographie Sans Frontières (EESF), il est l’auteur d’ouvrages formant à l’Échographie (Les mécanismes de formation de l’image en Échographie et Manuel d’Échographie en pneumologie, chez Sauramps Médical).
(1) Marion Pla et Laurent Seyler, « Pratique de l’échographie dans l’exercice de la médecine générale en cabinet ; perceptions des praticiens », Médecine humaine et Pathologie, 2016.
(2) Elsa Mani, « Utilisation de l’échographie par les médecins généralistes en France : enquête descriptive », Médecine humaine et pathologie, 2016.
Télécharger ce communiqué en PDF.
Contact presse : Karine Baudoin • 06 30 08 42 14.
 

L’ISCOM Montpellier forme des Responsables de communication BAC+4

76 étudiants de 4e année viennent de faire leur rentrée à l’ISCOM Montpellier. L’école supérieure de communication et publicité du Grand Sud, qui proposait déjà une 4e année option internationale, étoffe ses programmes et prépare désormais au titre de Responsable de communication, titre certifié par l’État, niveau II (équivalent BAC+4).
Vision stratégique et maîtrise opérationnelle de la fonction communication
L’ISCOM Montpellier forme ses étudiants de 4e année aux dimensions managériale et stratégique du poste de Responsable communication. Les enseignements de tronc commun traitent des problématiques actuelles des entreprises : communication de crise, communication corporate, RSE et communication responsable, management de la communication numérique, communication internationale. Les secteurs spécifiques du métier font l’objet d’enseignements électifs : communications culturelle, publique, politique, interculturelle, etc. Les étudiants participent aussi à des compétitions régulières basées sur des cas réels d’entreprises, en fonction de la spécialisation métier qu’ils ont choisie en 3e année : Communication globale des entreprises et des marques (COMAL), Marketing Publicité (MARKET PUB), Relations publiques, presse et événementiel (REP). Enfin, ils concrétisent leur projet professionnel dans un stage de fin d’études de 6 mois, et par le choix de leur sujet de mémoire.

Ces "3e année", finalistes compétition marketing 2013, peuvent enfin suivre leur 4e année à Montpellier


Plus de 10 ans d’expérience en communication internationale
L’ISCOM Montpellier a été la première école du Groupe ISCOM à proposer une option internationale aux étudiants de 4e année, en partenariat avec l’Université américaine de Winthrop, Rock Hill, Caroline du Sud. Depuis 2003, les Iscomiens peuvent ainsi préparer un Bachelor of Science in Integrated Marketing Communication (IMCO) en quatre semestres : un à l’ISCOM Montpellier, trois à Winthrop University. Ce diplôme américain, équivalent du Master 1 européen, favorise l’accès à des carrières en communication commerciale et corporate à l’international. Il permet aussi de préparer un MBA aux États-Unis.

Les diplômés de la Winthrop University - promotion 2012-2013


L’ISCOM MONTPELLIER
L’école supérieure de communication et publicité du Grand Sud accueille 300 étudiants en 2013, encadrés par une soixantaine d’intervenants professionnels et de formateurs. Elle dispose d’un réseau de 1500 anciens étudiants. Chaque année, plus de 250 entreprises, médias et agences accueillent ses étudiants en stage, leur confient des missions de micro-agence et des actions professionnelles.
Contact presseClaudine PUYAU, Directrice des études – 06 72 81 25 36.
Téléchargez ce communiqué en PDF.