Boucs émissaires : combattre l’indifférence, refuser la soumission.


H&O publie le 13 juin 2016 l’ouvrage collectif Boucs émissaires, placé sous la direction du psychologue communautaire Eric Verdier et de la sociologue Émilie Coutant. Fruit d’un travail mené par le pôle « Discriminations, Violence et Santé » de la Ligue Française de Santé Mentale (LFSM), ce recueil de témoignages et d’analyses permet de mieux cerner le phénomène de bouc émissaire (au sein de la famille, à l’école, au travail…). Surtout, les auteurs proposent des pistes pour briser le triangle que forment le bouc émissaire, son entourage et le/ la pervers(e), et pour entrer en résistance sans jamais céder à la ­tentation de la vengeance.
Qu’est-ce au juste que le phénomène de bouc émissaire ? A-t-il toujours existé ? Représente-t-il le symptôme d’un mal-être global dans nos sociétés contemporaines et touche-t-il tous les groupes humains et toutes les couches sociales à tous les âges ? C’est à ces questions cruciales qu’un collectif de psychologues, de sociologues, mais aussi de citoyens, s’efforce de répondre dans Boucs émissaires : combattre l’indifférence, refuser la soumission. Comme l’explique le Dr Roland Coutanceau en préface de l’ouvrage, les travaux d’Éric Verdier et du pôle « Discriminations, Violence et Santé » de la LFSM mettent en évidence
« un triangle où apparaît d’abord la victime : le bouc émissaire ; ceux qui l’entourent, la laissant dans sa solitude, car ils sont de fait soumis aux préjugés ambiants, s’y adaptant, s’y conformant : les normopathes ; (et)… celui qui instrumentalise ces préjugés à son profit ou en joue ou en abuse : le pervers. Tout est alors fait pour que ça tourne en rond ; à moins que n’apparaisse celui qui dénonce et combat…, le rebelle. »
Du témoignage à l’expertise scientifique
L’ouvrage se compose de six parties : témoigner, comprendre, dénoncer, accompagner, lutter, proposer. Il s’ouvre sur les témoignages de Myrtille (victime de harcèlement dans la fonction publique), de Natacha (transsexuelle qui « a superbement ignoré la posture de bouc émissaire assignée par la société »), de Mohamed, Jean-Baptiste et Hervé (élèves policiers et policier retraité) et de Hugues, qui a toujours connu le rejet. Il s’achève sur des propositions d’actions innovantes pour lutter contre les discriminations et prévenir la violence : recherche-action sur l’addiction aux jeux de hasard et d’argent, programme Sentinelles et Référents® contre le harcèlement en milieu scolaire… Les contributeurs de Boucs émissaires ont en commun, souligne Éric Verdier, « l’ouverture créative du Rebelle sur la vie et ce qui la nourrit. »
LES THÈMES
• Addictions (jeu, drogues)
• Antisémitisme
• Autisme
• Famille
• Féminisme, hominisme
• Handiphobie
• Harcèlement (école, travail)
• Homophobie
• Isolement
• Pédophilie
• Police (statut de policier)
• Psychothérapie
• Racisme anti-noir
• Risque sexuel
• Schizophrénie
• Suicide
• Transidentité…
LES AUTEURS
Romain Berger, Christine Castelain-Meunier, Émilie Coutant, Christine Defroment, René Delamaire, Julien Grard, Serge Hefez, Renaud Hétier, Gaston Kelman, Brigitte Larguèze, Monique Leroux, François Leydet, Gérard Neyrand, Tan Nguyen, Maudy Piot, Sylvie Priez, Yves Raibaud, Marie-José Sibille, Max Tchung-Ming et Éric Verdier.
Boucs émissaires
H&O éditions
256 pages • 14,5 X 22 cm
19 euros
Téléchargez ce communiqué en PDF.
Contact presse : Karine Baudoin – 04 67 40 36 77 – 06 30 08 42 14.
 

Djemila Benhabib présente "Après Charlie" à Marseille le 21 mai

Djemila Benhabib présentera son essai Après Charlie à Marseille le 21 mai prochain dans le cadre du 5e Salon du livre et des publications de femmes. L’auteure québécoise d’origine algérienne a reçu à Bruxelles, le 3 mai dernier, le Prix de la liberté d’expression du Difference Day pour l’ensemble de son œuvre.

Depuis le 7 janvier 2016, date de publication en France de son essai Après Charlie aux éditions H&O, Djemila Benhabib parcourt l’Europe et le Québec pour appeler à un sursaut laïque face à la progression de l’intégrisme islamique dans les sociétés occidentales et aux idéologies totalitaires toujours en place dans le monde. Dans Après Charlie, ouvrage préfacé par Boualem Sansal, l’essayiste rend tout d’abord un émouvant hommage à Charb, des mains de qui elle avait reçu le Prix international de la laïcité en 2012. Elle rappelle ensuite que la chute des grandes idéologies du XXe siècle a entraîné un retour du religieux dans nos sociétés qui compromet la liberté de conscience et d’expression, la condition des femmes, l’éducation et la liberté du désir. Elle dénonce enfin l’immobilisme des gouvernements occidentaux et la « police de la pensée des élites démissionnaires. »
Djemila Benhabib interviendra le 21 mai à 10h00 lors d’une table ronde sur « L’engagement citoyen » animée par Renée Dray Bensousan. Les associations Forum Femmes Méditerranée, Les Femmes et la Ville et Femmes Solidaires Marseille sont à l’origine du Salon du livre et des publications de femmes. Cette manifestation propose cette année trois jours d’événements littéraires sur le thème de l’Engagement, du 19 au 21 mai, à la Cité des Associations.
Contact presse H&O : Karine Baudoin – 06 30 05 42 14.
 

Djemila Benhabib Prix de la liberté d’expression 2016 du Difference Day


L’auteure québécoise Djemila Benhabib recevra le 3 mai à Bruxelles le Prix de la liberté d’expression pour l’ensemble de son œuvre à l’occasion de la 2e édition du Difference Day, événement organisé dans le cadre de la Journée mondiale de la liberté de la presse. Djemila Benhabib, éditée en France par H&O, a publié son 4e essai Après Charlie en janvier dernier.
L’alliance des Universités bruxelloises VUB et ULB remettra le « Difference Day Honorary Title for Freedom of Expression » à Djemila Benhabib mardi 3 mai 2016 en clôture du Difference Day. L’auteure sera distinguée pour sa « contribution vitale à la protection et à la promotion de la liberté de pensée et d’expression dans une société démocratique en perpétuel changement ». Le jury récompensera aussi la journaliste de Charlie Hebdo Zineb El Rhazoui. Ensemble, elles succèdent au blogueur Raïf Badawi, Prix 2015.
Le Difference Day, destiné à célébrer la liberté de la presse et d’expression, est organisé par la Vrije Universiteit Brussel, l’Université Libre de Bruxelles, la Erasmushogeschool Brussel, Brussel Platform of Journalism, BOZAR, Evens Foundation et iMinds, sous le patronage de la Commission européenne, de l’UNESCO et du Parlement européen.
Djemila Benhabib, un combat humaniste sans relâche
Née en Ukraine en 1972 d’une mère chypriote grecque et d’un père algérien, Djemila Benhabib a grandi à Oran dans une famille de scientifiques engagée dans des luttes politiques et sociales. Très tôt, elle prend conscience de la condition subalterne des femmes de son pays. Condamnée à mort par les islamistes, sa famille se réfugie en France en 1994. Djemila Benhabib s’installe au Québec, seule, en 1997, où elle mène des études en physique, en science politique et en droit international. Elle débute sa carrière d’essayiste avec Ma vie à contre-Coran, qui remporte le prix des Écrivains francophones d’Amérique en 2009. Elle reçoit des mains de Charb, alors directeur de la publication de Charlie Hebdo, le Prix international de la laïcité 2012 à l’occasion de la sortie en France, chez H&O, de son essai Les soldats d’Allah à l’assaut de l’Occident. Djemila Benhabib publie L’automne des femmes arabes chez H&O en 2013 et reçoit le Prix humaniste du Québec en 2014. Après Charlie sort en janvier 2016. Son engagement lui vaut d’être régulièrement la cible de menaces physiques, de campagnes d’intimidation et de poursuites judiciaires abusives de la part de groupes islamistes et de leurs alliés, notamment au Canada.
Après Charlie, H&O 2016
Depuis le 7 janvier 2016, date de sortie de son nouvel essai Après Charlie, Djemila Benhabib parcourt l’Europe et le Québec pour appeler à un sursaut laïque face à la progression de l’intégrisme islamique dans les sociétés occidentales et aux idéologies totalitaires toujours en place dans le monde. Dans Après Charlie, Djemila rappelle que la chute des grandes idéologies du XXe siècle a entraîné un retour du religieux dans nos sociétés qui compromet la liberté de conscience et d’expression, la condition des femmes, l’éducation et la liberté du désir. Elle dénonce aussi l’immobilisme des gouvernements occidentaux et la « police de la pensée des élites démissionnaires. »
256 pages • 17 € • www.ho-editions.com
Télécharger ce communiqué en PDF.
contact presse : Karine Baudoin – 06 30 08 42 14.
 

Pervers – Pour Jesse Bering, nous sommes tous des déviants sexuels.


H&O publie l’édition française de Pervers, l’essai du psychologue évolutionniste américain Jesse Bering. « Livre léger sur la perversion sexuelle » selon son auteur, Pervers démontre que la déviance sexuelle est beaucoup plus fréquente qu’on ne veut bien l’admettre. Exhibitionnisme, fétichisme, frotteurisme, pédophilie, masochisme, sadisme, voyeurisme, travestissement fétichiste : Jesse Bering nous éclaire sur la façon dont la société traite les différentes paraphilies. Ouvrage autour de la psychologie des désirs inexprimés ou indicibles, Pervers révolutionne ­l’approche scientifique de la diversité sexuelle en la débarrassant de toute considération morale et nous invite à réfléchir à un nouveau système de valeurs.
Que se passe-t-il vraiment dans la tête de la personne aimée ? Est-on sûr d’être au centre de ses pensées, de ses désirs ? Quels sont ses fantasmes inavoués : les pieds (c’est assez courant), la Tour Eiffel (c’est plus rare !) ? Car « l’extravagance sexuelle pour l’un peut être la routine pour un autre » rappelle Jesse Bering dans Pervers, essai qui a rencontré un grand succès aux États-Unis et dont H&O publie la version française le 19 février prochain.
« Le sexe anime notre cerveau social »
Le scientifique mêle recherches récentes et études plus anciennes, expériences personnelles et histoires étonnantes pour s’attaquer sur un ton volontai­rement enjoué aux hypocrisies et aux préjugés qui entourent trop souvent nos jugements sur la sexualité des autres. Pervers invite à distinguer l’idée de l’action, la question morale du préjudice à autrui, réhabilitant ainsi les perversions dans la sexualité entre adultes consentants. Jesse Bering pointe aussi les anomalies judiciaires, les dérives scientifiques et pose le problème du relativisme diachronique et culturel. L’auteur nous rappelle par exemple la condamnation sociale de l’homosexualité au XIXe siècle qui a transformé les sociétés modernes en « aires géantes de production de troubles psychiatriques générés par la honte et l’anxiété » ou encore la médicalisation de l’excision chez les femmes jugées nymphomanes au XVIe siècle…
« Quand on lit ce livre, on ne peut être qu’horrifié par ce que l’on a fait dans le passé vis-à-vis de ceux que l’on considérait comme des pervers. Du coup, cela nous oblige à nous interroger sur ce que l’on fait aujourd’hui vis-à-vis de ceux que l’on considère actuellement comme des pervers » commente le biologiste Pierre-Henri Gouyon dans un entretien critique avec le psychiatre Christian Giroux publié en postface de Pervers. Dans ce livre d’une grande humanité, Jesse Bering nous encourage à être nous-mêmes car « les excuses ne doivent porter que sur les choses que nous avons mal faites, non sur les êtres que nous sommes ».
Jesse Bering
Jesse Bering est un scientifique américain spécialisé dans l’Évolution appliquée aux comportements humains. Il collabore régulièrement à la revue Scientific American et a reçu de nombreuses récompenses pour ses travaux et articles sur les religions (son premier livre s’intitule L’Instinct de croyance). Jesse Bering est actuellement Professeur associé au Centre des Sciences de la Communication de l’Université d’Otago en Nouvelle-Zélande.
Pervers est son troisième ouvrage ; il a connu un grand succès aux États-Unis (sélectionné par le New York Times) et a été traduit dans plusieurs pays dont l’Espagne, l’Italie et la Russie. www.jessebering.com
 
Journalistes, votre contact presseKarine Baudoin – 04 67 40 36 77 – 06 30 08 42 14.
• Ouvrage disponible en service de presse à partir du 11 février.
• Téléchargez ce communiqué en PDF.
 

Après Charlie : l’indispensable combat pour la liberté de conscience et d’expression.


Le 7 janvier 2016, H&O publie le nouvel essai de Djemila Benhabib Après Charlie préfacé par Boualem Sansal. L’auteure rend tout d’abord un émouvant hommage à Charb, des mains de qui elle avait reçu le Prix international de la laïcité en 2012. Dénonçant l’autocensure de nombreux médias sur le « naufrage obscurantiste de l’islam », elle rappelle que la chute des grandes idéologies du XXe siècle a entraîné un retour du religieux dans nos sociétés qui compromet la liberté de conscience et d’expression, la condition des femmes, l’éducation et la liberté du désir. Djemila Benhabib appelle à un sursaut laïque pour la victoire des valeurs citoyennes et universelles.
« Écoutons Djemila, elle nous dira où en est la guerre et ce qu’elle pense des bien-pensants qui savent si bien pleurer sur les victimes et en rire avec les criminels. » Ce conseil de Boualem Sansal, en préface de Après Charlie, sonne encore plus clair et sans appel quelques semaines seulement après les dernières atrocités commises par Daesh à Paris, horreurs qui nous somment de considérer enfin toutes celles commises au quotidien loin de nous, principalement en Afrique et au Proche-Orient. Début 2015, secouée par la mort de Charb et de ses compagnons de Charlie Hebdo, Djemila se met à l’ouvrage : « Un impératif me fouette : écris ! » Elle dit ce 7 janvier 2015, vécu à Paris en famille, et rappelle « l’esprit d’engagement d’un journal si peu ordinaire ». Elle explique que « rire de l’islam n’est pas raciste », recadre les notions d’islam, ­d’islamisme et d’islamophobie et dénonce autant l’autocensure des médias que l’immobilisme des gouvernements occidentaux, compromis avec l’Arabie saoudite ou le Qatar, et la « police de la pensée des élites démissionnaires. »
Au nom de Dieu, pour le pouvoir
De Paris à son Algérie natale, de l’Égypte au Québec son pays d’adoption, Djemila Benhabib rend hommage à toutes celles et ceux qui résistent face aux idéologies totalitaires et aux accusations de blasphème : le journaliste Tahar Djaout ou le grand homme de lettres Naguib Mahfouz hier, l’écrivain Salman Rushdie ou le blogueur Raïf Badawi aujourd’hui. Car « Dieu sert toujours de paravent à la même cause politique : le pouvoir absolu, l’arbitraire, la soif de sang » de ceux qui détestent la pensée libre, la connaissance, la culture et les arts et abhorrent tout autant l’amour et le rire. Pour mettre fin à cette guerre enfin, et couper l’herbe sous le pied de l’extrême-droite, Djemila Benhabib en appelle à tous les laïques pour rappeler à l’État qu’il « ne peut être neutre par rapport aux valeurs » et que « l’intégrisme n’est pas un choix personnel dès lors qu’il nous engage tous ». Enseignement des valeurs citoyennes et universelles à tous les enfants, combat sans relâche pour la liberté de conscience et d’expression : il faut engager une « bataille idéologique, sans plus tergiverser ! »
Après Charlie
éditions H&O – janvier 2016
256 pages – format 13,5 x 21 cm
Prix TTC : 17 euros. 
Éditions H&O, contre tous les obscurantismes.
Les éditions H&O (St Martin de Londres/Montpellier) publient les essais de Djemila Benhabib en France : Les soldats d’Allah à l’assaut de l’occident (2012), L’automne des femmes arabes (2013), Ma vie à contre-Coran (format poche avec alterbooks, 2014). Éditeur « assurément gay, résolument athée, évidemment féministe », H&O affectionne les ouvrages iconoclastes portant sur la place du religieux dans la société, sur la sexualité, sur les droits des femmes et des minorités sexuelles… www.ho-editions.com
Journalistes, votre contact presseKarine Baudoin – 04 67 40 36 77 – 06 30 08 42 14.
Ouvrage disponible en service de presse fin décembre. Extraits disponibles sur demande.
• Téléchargez ce communiqué en PDF.
• Téléchargez la biographie de Djemila Benhabib.
 

Un colloque international consacré à Yves Navarre à Paris

L’École des Ingénieurs de la Ville de Paris accueillera le deuxième « colloque international Yves Navarre » les 9 et 10 novembre 2015. Les spécialistes de l’œuvre d’Yves Navarre Sylvie Lannegrand et Philippe Leconte, ainsi que l’éditeur Henri Dhellemmes, réuniront les passionnés de cet auteur hors du commun autour du thème « Yves Navarre, du romanesque à l’autobiographique ». Invitée d’honneur, la romancière Jocelyne François.
Universitaires, éditeurs, écrivains, comédiens, libraires et lecteurs ont rendez-vous à partir du 9 novembre à l’École des Ingénieurs de la Ville de Paris pour échanger pendant deux jours sur leur intérêt pour Yves Navarre. Les organisateurs souhaitent ouvrir la manifestation au plus grand nombre pour faire redécouvrir l’œuvre multiforme et intemporelle de cet auteur majeur du XXe siècle qui s’articule sur toutes les variations du romanesque et de l’autobiographique. Prix Goncourt en 1980 pour Le Jardin d’acclimatation, Yves Navarre (1940-1994) était tout à la fois romancier, poète, dramaturge et essayiste. Il a également tenu un Journal, resté inédit à ce jour, pendant près de vingt ans. Le colloque s’ouvrira sur un témoignage de l’écrivaine Jocelyne François, invitée d’honneur, Prix Femina 1980 pour son roman autobiographique Joue-nous España.
Yves Navarre, des colloques aux Cahiers
Le premier colloque international consacré à Yves Navarre baptisé « Yves Navarre, une vie à écrire » a eu lieu à l’université NUI de Galway en septembre 2014, à l’occasion du vingtième anniversaire de la mort de l’auteur. À l’initiative de l’événement, Sylvie Lannegrand, universitaire qui a consacré sa thèse de doctorat puis de nombreux articles et conférences à Yves Navarre. Les participants à ce colloque ont ressenti le besoin de concrétiser cette expérience : les Cahiers Yves Navarre n°1, actes du colloque de Galway, sont parus au printemps suivant chez H&O. Les organisateurs du colloque parisien « Yves Navarre, du romanesque à l’autobiographique » prévoient la sortie des Cahiers n°2 en 2016.
Comment assister au colloque ?
• Entrée gratuite, dans la limite des places disponibles.
• Inscription obligatoire auprès de Philippe Leconte : lecontephilippe[@]noos.fr.
• Lieu : École des Ingénieurs de la Ville de Paris, 80 rue Rébeval, 75019 Paris, métro Pyrénées et Belleville.
• Horaires : le lundi 9 novembre de 9h30 à 12h30 et de 14h15 à 18h00 ; le mardi 10 novembre de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00.
• Informations sur la page Facebook du colloque : www.facebook.com/colloqueyvesnavarre2015.

 
Programme des interventions : en téléchargement version PDF.
Lundi 9 novembre 2015
09h30-10h00 : accueil des participants.
10h00-10h45 : allocution de la présidente Jocelyne François. Yves Navarre par Jocelyne François.
10h45-11h15 : pause.
11h15-11h45 : Dominique Dussidour, « Un roman intitulé Biographie ».
11h45-12h15 : Patrick Dubuis, « Biographie d’Yves Navarre et L’étoile rose de Dominique Fernandez ».
12h15-12h30 : échange entre les intervenants et le public.
12h30-14h15 : pause déjeuner.
14h15-14h30 : présentation de La Fibre des mots de Julian Lembke.
14h30-15h00 : La Fibre des mots, scène pour baryton et ensemble d’après Le Petit galopin de nos corps. Diffusion d’un enregistrement.
15h00-15h15 : entretien avec Julian Lembke.
15h15-15h45 : Philippe Leconte, « Yves Navarre, un mélomane à l’écriture mélodieuse » (la vie et l’œuvre d’Yves Navarre à travers le prisme de la musique).
15h45-16h15 : pause.
16h15-17h15 : Bruno Bisaro, « Le Poème de Mogador ».
17h15-17h45 : Margaux Palluet, « Mettre en scène une pièce d’Yves Navarre ».
17h45-18h00 : échange entre les intervenants et le public.
Mardi 10 novembre 2015
09h00-09h15 : accueil des participants.
09h15-09h45 : Anna Gonzalez, « Ce sont amis que vent emporte : une lecture ».
09h45-10h15 : Karine Baudoin, « Mots imprimés, parole vive : Yves Navarre et ses lecteurs ».
10h15-10h45 : pause.
10h45-11h15 : Angèle Bonvalet, « Une invitation au voyage ».
11h15-11h45 : Sylvie Lannegrand, « Quand l’autobiographie joue avec la fiction : Yves Navarre écrit pour les enfants ».
11h45-12h00 : échange entre les intervenants et le public.
12h00-14h00 : pause déjeuner.
14h00-14h30 : Arnaud Maïsetti, « Les Théâtres secrets d’Yves Navarre » (Donner la parole à d’autres soi-même).
14h30-15h00 : Anne de Tienda, « La mise en scène du quotidien chez Yves Navarre ».
15h00-15h30 : pause.
15h30-16h00 : Véronique Montémont, « Voix du chat, voix de soi ».
16h00-16h15 : échange entre les intervenants et le public.
16h15-16h30 : Henri Dhellemmes, « Éditer Yves Navarre contre toute attente ».
Clôture du colloque par Henri Dhellemmes, Sylvie Lannegrand et Philippe Leconte.
16h30-18h00 : Vin d’honneur dans le hall d’accueil.
 
contact presse : Karine Baudoin – 06 30 08 42 14.
 

Yves Navarre, du succès public à la reconnaissance universitaire • H&O publie les Cahiers Yves Navarre n°1

Les éditions H&O publient le volume 1 des Cahiers Yves Navarre, somme des communications et témoignages des participants au colloque international consacré à l’auteur en 2014. Cet ouvrage collectif offre aussi deux textes inédits à celles et ceux à qui Yves Navarre manque tant depuis sa disparition en 1994.
Les 25 et 26 septembre 2014 s’est tenu à la National University of Ireland, Galway, le premier colloque international consacré à Yves Navarre baptisé « Yves Navarre, une vie à écrire ». Universitaires, éditeurs, ayants droit, écrivains, comédiens, libraires et lecteurs se sont réunis dans le but de partager leur passion pour un auteur hors du commun. Prix Goncourt en 1980 pour Le Jardin d’acclimatation et Prix de l’Académie française en 1992 pour l’ensemble de son oeuvre, Yves Navarre (1940-1994) est l’auteur d’une œuvre multiforme, s’articulant sur toutes les variations du romanesque et de l’autobiographique. Tout à la fois romancier, poète, dramaturge et essayiste, il a également tenu, pendant près de vingt ans, un Journal resté inédit à ce jour.
Ce premier Cahier Yves Navarre rassemble les communications et les témoignages de celles et ceux qui ont rendu hommage à l’écrivain à l’occasion du vingtième anniversaire de sa disparition. « Comme un arbre de vie, ils symboliseront l’immortalité d’une écriture et nos textes en seront les ramifications. Parce que c’était lui. Parce que c’était nous. »
Au fil des pages :
• Sylvie Lannegrand et Philippe Leconte préfacent à quatre mains la genèse de ce cahier.
• Lillis Ó Laoire raconte sa découverte de Cronus’ Chidren, Le Jardin d’acclimatation en anglais.
• Morwena Denis nous fait part de ses impressions à la lecture de Je vis où je m’attache.
• Michto Rex s’interroge sur le destin de Caron, l’un des personnages de Hôtel Styx.
• Véronique Montémont nous aide à décrypter « Une vérité intime aux multiples visages ».
• Dominique Dussidour évoque sa rencontre et ses années de travail avec Yves Navarre.
• Bruno Bisaro dit et laisse dire Yves Navarre : d’une parole reçue à une parole donnée.
• Jean Perrenoud nous invite à découvrir les « Poèmes et chansons » d’Yves Navarre.
• Patrick Dubuis étudie « L’homosexualité dans l’œuvre d’Yves Navarre ».
• Sylvie Lannegrand nous révèle les éblouissements ressentis à la lecture du Journal inédit.
• Philippe Leconte aborde la « Réception de l’œuvre d’Yves Navarre ».
• Document inédit : Certains osaient encore prétendre…, tapuscrit d’Yves Navarre.
• Bouquet final : La Gobeuse d’âmes, une nouvelle inédite d’Yves Navarre.
Cahiers Yves Navarre n°1
© H&O Éditions mars 2015 • 160 pages • 16 euros.

H&O et Yves Navarre
Yves Navarre fut parmi les premiers auteurs à aborder la question de l’homosexualité dans son œuvre, à une époque où ce sujet était encore largement tabou. Cela lui a valu une image réductrice dont il n’est jamais parvenu à se défaire. Depuis 2005 H&O, « éditeur gay mais pas seulement », a réédité sept romans de cet écrivain majeur du XXe siècle : Le petit galopin de nos corps, Le jardin d’acclimatation, Lady Black, Le temps voulu, Kurwenal ou la part des êtres, Ce sont amis que vent emporte et Portrait de Julien devant la fenêtre. H&O a aussi publié en 2006 un recueil de nouvelles posthumes inédites, Avant que tout me devienne insupportable, dans sa collection L’aparté.
contact presse : Karine Baudoin – 06 30 08 42 14.
 

Djemila Benhabib en conférence à Nîmes

Femme politique, journaliste chroniqueuse, militante laïque et féministe, Djemila Benhabib tiendra une conférence à l’université de Nîmes, le vendredi 23 mai 2014 à 14h00, sur la condition féminine dans les pays qui ont vécu les « printemps arabes », thème de son ouvrage L’automne des femmes arabes (H&O 2013).

© Esther Campeau

Prix international de la laïcité en 2012 pour ses essais antérieurs (Ma vie à contre-Coran et Les Soldats d’Allah à l’assaut de l’Occident), Djemila Benhabib travaille à expliquer comment ne pas confondre la richesse du monde arabo-musulman contemporain avec les idées intégristes d’une minorité réactionnaire offensive.
 Si elle prend une nouvelle fois la parole en public en France, c’est pour parler d’une culture qu’elle connaît pour y être née mais aussi pour l’avoir étudiée : poser un discours laïc sur des réalités plus complexes que les paroles d’exclusion permet de lutter contre les catégorisations hâtives, les schématisations médiatiques et les communautarismes.
Pour ses écrits et son engagement, Djemila Benhabib a reçu le Prix humaniste du Québec 2014. Les éditions H&O et alterbooks viennent d’éditer en collection de poche son premier essai Ma vie à contre-Coran, qu’elle présentera à la Comédie du Livre de Montpellier.
RDV le 23 mai à 14h00
Université de Nîmes, site Vauban, rue du Dr G. Salan.
Entrée libre.
 

Djemila Benhabib en France, mai 2014

Djemila Benhabib présentera l’édition française 2014 de son essai Ma vie à contre-Coran du 20 mai au 1er juin 2014. Au programme, rencontres et signatures :
PARIS
• le 21 mai 
à 19h à la librairie Violette and Co.
102 rue de Charonne, Paris 11e – 01 43 72 16 07.
www.violetteandco.com
NÎMES
• le 23 mai
 à 14h, conférence à destination des étudiants L2 et L3 de l’Université de Nîmes, site Vauban. Djemila interviendra sur la condition féminine dans les pays qui ont vécu le « printemps arabe ». Ouverte au public, dans la limite des places disponibles.
MONTPELLIER
• les 24 et 25 mai, La Comédie du Livre.

> Signature sur le stand de la librairie Sauramps.
> Conférence « Féminisme et laïcité : les nouveaux défis » le 25 mai de 10h30 à 11h30, stand Éditeurs en région, Espace animation (Languedoc-Roussillon Livre et Lecture). Pour Djemila Benhabib, le féminisme est un humanisme. L’auteure de Ma vie à contre-Coran a grandi dans une société d’hommes où la violence à l’égard des femmes était courante. La nécessité de se battre individuellement et collectivement s’est imposée dans sa vie d’une façon naturelle et ne l’a plus quittée. Fille de l’Orient et de l’Occident, Djemila Benhabib défend une vision féministe et laïque de la société, pour la liberté sexuelle et contre tous les obscurantismes.
NICE
• le 27 mai
 à 18h30, conférence-débat « Vivre-ensemble : citoyenneté, islam et diversité » à l’initiative du Cercle de réflexion philosophique Clio.
Grand amphithéâtre de l’Espace-Associations.
2 Ter Place Garibaldi, Nice.
STRASBOURG
• le 31 mai
à 15h à la librairie Kléber.
1 rue des Francs Bourgeois, Strasbourg – 03 88 15 78 88.
librairie-kleber.com
 

Djemila Benhabib chez Violette and Co, Paris, le 21 mai

La librairie Violette and Co accueille l’essayiste Djemila Benhabib le mercredi 21 mai à 19h. La Québécoise d’origine algérienne présentera la sortie en France de Ma vie à contre-Coran, une coédition H&O/alterbooks en format de poche.

© Esther Campeau

Salué par la critique à sa sortie au Québec en 2009, Ma vie à contre-Coran a remporté le Prix des écrivains francophones d’Amérique. L’auteure livre dans cet essai son analyse de la montée de l’islamisme en Occident. Elle nous invite à partager sa jeunesse dans une Algérie où l’islam est religion d’État, son exil en France puis au Québec. Elle nous fait part surtout de sa détermination à défendre la laïcité et les droits des femmes, valeurs fondamentales de la démocratie, qui lui vaudra de recevoir le Prix international de la Laïcité en 2012 à Paris et le Prix humaniste 2014 au Québec. Fille de l’Orient et de l’Occident éprise de liberté, Djemila Benhabib revendique : « Ma communauté, c’est l’humanité toute entière. Ma religion, ce sont les Lumières ».
Avec ce 250e titre, les éditions H&O, basées à St Martin de Londres (Montpellier), fêtent leurs 15 ans d’existence. Pour la liberté sexuelle, contre tous les obscurantismes, H&O est un éditeur « assurément gay, résolument athée, évidemment féministe ». Il a confié la direction de sa nouvelle collection H&O au Féminin à Djemila Benhabib.
Rencontre avec Djemila Benhabib – 21 mai 2014 – 19h00
Librairie Violette and Co – 102 rue de Charonne – Paris 11e
Tél. 01 43 72 16 07 – violetteandco.com